Culture

Photo: Le plus grand musée du monde à Marrakech

Par | Edition N°:4123 Le 30/09/2013 | Partager
Son ouverture est prévue pour 2016
Un projet d’envergure pour le Maroc, et pour toute l’Afrique
Une 1re exposition inaugurée par le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi

L’offre culturelle à Marrakech n’en finit plus de s’enrichir. Avant de voir s’ouvrir en 2016 le Musée de la photographie et des arts visuels, près des jardins de la Ménara, un avant-goût est offert au sein du Palais Badii. MMP+ est un espace temporaire du pavillon de l’Heliotrope. Pour la petite histoire, il fût la demeure d’une des favorites de Moulay Ahmed Al Mansour. Aujourd’hui, on y découvre quelques clichés sélectionnés avec soin de dix photographes contemporains marocains. Des petits nouveaux pleins de talents, comme Hicham Gardaf, aux confirmés représentés par les grands formats d’Yto Barrada. Une sélection qui offre un panorama varié, entre les argentiques de “la salle de classe” de Hicham Benohoud, les clichés aux rajouts d’acrylique, encadrés de pneu et tapis plastique de Hassan Hajjaj, les scènes de la vie quotidienne des années 80 de Daoud Aoulad ou le travail déjà bien connu de Carolle Benitah. Inaugurée début septembre, l’exposition sera transférée au Sofitel Marrakech le 1er novembre, jusqu’à la fin de l’année. Pendant ces deux mois au Palais Badii, le pavillon sert de laboratoire artistique et culturel pour la nouvelle génération de conservateurs de musées et des professeurs d’universités du monde entier. En effet, plusieurs projets sont menés en parallèle, comme le programme de bourses dédié aux étudiants marocains et à leur éducation muséale, et qui pourront également bénéficier d’échanges avec de grandes institutions internationales. Résolument tourné vers le monde, MMP+ accueillera, dès le 8 novembre, les clichés d’Abbas, Jim Goldberg, Susan Meiselas, Mark Power et  Mikhael Subotsky, cinq grands photographes de chez Magnum. Un gage incontestable de la qualité de ce projet, de ses perspectives et une chance immense pour la ville rouge, qui se positionne ici définitivement comme une capitale culturelle incontournable. Particulièrement, quand ces artistes de renom ont pour mission de produire un portrait de la ville de Marrakech. Il faudra donc attendre deux longues années pour découvrir le plus grand musée indépendant du monde dédié à la photographie. Oeuvre du talentueux architecte britannique, Sir David Chipperfield, il abritera une collection permanente de photographies et de vidéos artistiques datant du 19e siècle jusqu’à nos jours, et des expositions temporaires. Le choix de la Ménara n’est pas fortuit. Ses jardins du 12e siècle seront l’écrin parfait de ce musée du 21e siècle, qui se veut un pont entre les cultures et les époques.

Configuration

Le Musée est étalé sur plus de 6.000 mètres carrés.
Comme de nombreuses architectures islamiques, le bâtiment s’organise autour d’un large patio central, doté d’un vaste bassin d’eau, pour une parfaite quiétude.
On y trouvera des salles d’exposition, un théâtre, un café, une librairie et des espaces d’enseignement.
Des collections basées sur trois thèmes principaux: l’architecture et le design, le photojournalisme, la mode et la culture.

Stéphanie Jacob

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc