Economie

Opération cartables
Près de 4 millions de bénéficiaires

Par | Edition N°:4111 Le 12/09/2013 | Partager
Le budget est passé de 228 millions à 440 millions de DH
L’opération contribue à lutter contre l’abandon scolaire
Cantines, transports scolaires, Tayssir... l’accompagnement social

L’opération «1 million de cartables» s’est généralisée à l’ensemble des localités du Royaume. En témoigne la photo de cette classe prise hier, 11 septembre, juste après la rentrée officielle des classes dans une école de la capitale

 C’est reparti pour un tour, l’année scolaire 2013-2014. Quelques petites fausses notes sur la date de la «reprise des cours, le 11 septembre, dans tous les établissements de l’enseignement public et privé», comme annoncé par le ministre de l’Education nationale, Mohamed Louafa. Côté nouveautés, quelques menus aménagements sur le plan pédagogique, des équipements informatiques et initiatives pour une meilleure gouvernance. Sinon, rien de révolutionnaire, sachant que, comme le relève le Souverain, «le secteur de l’éducation est en butte à de multiples difficultés et problèmes dus en particulier à l’adoption de programmes et de cursus qui ne sont pas en adéquation avec les exigences du marché du travail» (cf. L’Economiste du 22 août 2013).
Mais s’il est un rituel qui plus est monte en puissance, à chaque rentrée scolaire, c’est bien l’initiative royale «1 million de cartables». Cette rentrée encore, pour la 6e fois de suite depuis le lancement de cette initiative en 2008, les chiffres parlent d’eux-mêmes. La quasi-totalité des 4,05 millions d’élèves inscrits au primaire pour la rentrée scolaire de cette année dans les établissements publics bénéficient de l’initiative royale. Ils sont exactement 3,9 millions, selon les chiffres du ministère de l’Education. L’ampleur de cette opération a tendance à faire occulter les autres actions d’appui social aux élèves, notamment les cantines, les internats, le transport scolaire ou encore le programme Tayssir. Ils sont près de 1,4 million à bénéficier des repas servis dans les différentes cantines scolaires.
Combiné aux autres actions (voir infographie), il s’agit là d’une initiative qui vient soulager le budget des ménages fortement grevés par la conjoncture et les dépenses liées au Ramadan. Une mesure sonnante et trébuchante qui fait sens en rapport avec le programme d’urgence piloté par le ministère de l’Education nationale. Près de 440 millions de DH sont consacrés à l’opération. Le succès de l’initiative royale «1 million de cartables» est tel qu’elle est étendue à plus d’élèves et d’établissements. A son lancement, la distribution du kit (cartable) se faisait sur la seule base de la carte de la pauvreté (globalement rurale). Aujourd’hui, elle est généralisée à l’ensemble des localités du Royaume. En témoigne la photo de cette classe prise hier, 11 septembre, juste après la rentrée officielle des classes dans une école de la capitale. L’ampleur de cette initiative se mesure aussi à l’aune du budget qui lui est allouée. Il est passé de 228 millions de DH en 2008 à près 440 millions cette année. Aussi, les mécanismes de contrôle de l’opération mis en place pour parer aux tentatives de détournement de cette initiative au profit de gens mal-intentionnés, prouve l’importance de ce pilier du système scolaire.

Bouffée d’oxygène

Le kit distribué a encore plus de sens dans le monde rural, là où le budget des ménages est souvent dérisoire. Composé de cartables, de manuels scolaires, de stylos, crayons, ardoises, gomme, protège cahiers, couvertures en plastique… ce «panier» est un véritable coup de pouce à ces familles. En tout cas, l’objectif de l’opération est d’encourager fortement les parents à envoyer leurs enfants à l’école. Une aubaine pour les experts de la politique de l’éducation. Etant entendu que la généralisation de la scolarité est l’un des principaux objectifs du plan d’urgence de l’Enseignement. Pour une des rares fois, le nombre de nouveaux inscrits en première année primaire dans le milieu rural dépasse celui de l’année dernière dans le milieu urbain. Ils sont 293.437 sur les 517.349 nouveaux inscrits dans le monde scolaire. Sur le total des élèves du primaire pour l’année écoulée également, ils étaient 1,9 million contre près de 2,1 millions dans le milieu urbain.

B. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc