COMPETENCES & RH

Jeunes entrepreneurs: La recette OCP

Bilan du programme «OCP Skills»
Les «Skills centers» prennent la relève
Objectif: insertion des jeunes issus des sites de production du groupe

A fin novembre 2012, 76 entreprises sont créées et plus de 180 projets en cours d’accompagnement par le programme «OCP Skills». Une jolie prouesse à mettre à l’actif des équipes de Mustapha Terrab, président de l’Office

76 entreprises créées et plus de 180 projets en cours d’accompagnement. C’est le bilan du programme  «OCP Skills» à fin novembre 2012. Plus d’un an et demi après son lancement en avril 2011, ce dernier a accompagné des jeunes issus des villes de Khouribga, Benguérir, Boujaâd et Oued Zem (principaux sites d’activités de l’Office chérifien des phosphates) dans le processus de création de leurs entreprises. En effet, le programme a permis, dans son volet entrepreneuriat, de créer 249 emplois, soit une moyenne de 3 à 4 employés par entreprise. Ces chiffres ont été fournis par Larbi El Hilali, chargé de mission à la direction Développement durable à l’OCP lors d’un workshop sous le thème: «Innovation against poverty» qui s’est tenu mardi 5 mars à l’Iscae.
Financé par l’Agence suédoise pour le développement international (ASDI), le programme «Innovation against poverty» gère un fonds qui a pour but de mobiliser des ressources et d'encourager les entreprises à développer leurs activités en contribuant à l’amélioration du cadre de vie de la classe démunie dans les pays émergents. Les subventions du fonds peuvent atteindre les 200.000 euros.
Invités par l’OCP, une trentaine de jeunes originaires de Khouribga et région ont fait le déplacement à Casablanca  pour s’informer sur les modalités d’inscription, les critères de sélection… «Cette rencontre a pour objectif principal de mettre en relation les jeunes porteurs de projets avec les bailleurs de fonds», selon les termes d’El Hilali.
C’était aussi l’occasion de présenter aux jeunes le programme OCP Skills et rappeler ses réalisations à ce jour. Axé autour de 3 volets (recrutement, formation et entrepreneuriat), «OCP Skills» a déjà permis, dans sa 1re phase, l’organisation de plus de 700 ateliers d’écoute et l’inscription de 11.000 jeunes dans plus de 285 filières de formation à travers le Maroc. Et pour ce faire, 30 conventions ont été signées avec divers partenaires (Fondation Orient-Occident, Injaz, Amideast, OFPPT, grandes écoles…). De même, des bourses mensuelles de 1.200 à 2.000 DH sont versées à  l’ensemble des candidats. Concrètement, les jeunes porteurs de projets des régions concernées commencent par s’inscrire sur le site: www.ocpskills.org. Ils sont ensuite convoqués par des conseillers en orientation qui vont assurer un suivi individualisé. Les jeunes bénéficient d’un accompagnement à la création d’entreprise (étude de marchés, financement …). Quant aux délais de lancement des projets sélectionnés, ils varient selon les profils des candidats et l’état d’avancement de leurs projets, assure El Hilali. «Il faut compter en moyenne 3 mois», poursuit-il.
Pour atteindre le maximum de jeunes, le programme OCP skills est également actif sur les réseaux sociaux (Facebook: 18.611 fans, Twitter…). Quant au site web  (www.ocpskills.org), il enregistre plus de 17.000 visiteurs par jour.
La 2e phase concerne, elle, les «Skills centers» qui prendront la relève du programme. Il s’agit de structures destinées aux jeunes riverains, aux enfants de retraités OCP et aux actuels bénéficiaires du programme OCP Skills. «Ils constitueront un lieu de convergence, de partage, de développement personnel, d’apprentissage, d'innovation et de soutien à l’entrepreneuriat», affirme El Hilali. Cinq centres ouvriront progressivement à  Safi, Laayoune, Youssoufia et Khouribga.  Ils offriront aux jeunes une "Ecole de deuxième chance".  A Benguerir, le centre Rhamna Skills est opérationnel depuis novembre dernier. 
Le centre OCP Skills de Khouribga sera accompagné de plusieurs espaces socioculturels en cours de création ou de réhabilitation. Il s’agit notamment d’une maison des associations de quartier, d’un centre polyvalent pour la femme, d’un centre d’écoute et d’aide aux personnes en difficulté, d’un centre de loisirs et de bien-être dédié aux personnes âgées, ainsi que d’un dispensaire de santé.
Pour rappel, le programme OCP Skills porte sur la création d’emplois directs au profit de 5.800 personnes, la formation de 15.000 jeunes ainsi que l’accompagnement de jeunes entrepreneurs issus des zones d’implantation et différents sites de l'opérateur phosphatier.

Objectifs des «Skills centers»

• Ecoute et orientation des jeunes;
• Formation professionnelle aux métiers de la restauration, à certains métiers techniques industriels, aux métiers agricoles et de l’élevage;
• Formation aux soft skills: langues, coaching comportemental, informatique, techniques de recherche d’emploi;
• Incubation et appui à l’entrepreneuriat;
• Innovation sociale: appui à la création d’activités génératrices d’emplois pour les populations sensibles, et renforcement des capacités des associations locales.
• Activités socioculturelles et sportives.

Aziza EL AFFAS

Dans la même rubrique

Emploi en 2012: La moitié des postes créés par l’Anapec Source: Anapec Le nombre des insertions des jeunes chercheurs d’emploi a triplé depuis 2004 55.399 insertions à fin décembre 2012, dont 2.866 postes à l’international. C’est le bilan de l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (Anapec). Ainsi, sur...
Le psychologue du travail: A quoi sert-il? My Smail Hafidi Alaoui, professeur et psychologue du travail: «Peu d’entreprises et administrations marocaines intègrent la psychologie du travail dans leur organisation» LA psychologie du travail est un domaine qui reste encore très marginalisée dans les organisations...
Conciergerie: La profession prend du galon La conciergerie privée offre gain de temps et tranquillité d’esprit. Elle accompagne les imprévus et permet de faire des économies Trouver une nounou en urgence, organiser un repas, récupérer un papier au service des impôts… la conciergerie privée a pour vocation de...
Emploi: Rush des travailleurs étrangers Les Européens sont de plus en plus nombreux à s’expatrier au Maroc pour y travailler.  « Nous n’avons pas encore de statistiques précises, mais c’est certain, les demandes d’informations sur les conditions de travail et d’investissement sont en hausse ces derniers temps »,...
RSE: Atlanta soutient Anaïs BEAU geste de solidarité. Atlanta et l’Association Anaïs ont saisi l’occasion du 8 mars, Journée internationale de la femme, pour présenter le bilan de leur première action commune «Auto+Sayidati» au profit des enfants d’Anaïs. L’opération consistait à restituer à Anaïs une partie de la prime d’...