Régions

Tanger: Villa de France ferme pour une étoile en moins

Par L'Economiste | Edition N°:3863 Le 10/09/2012 | Partager
Sa rénovation n’a pas atteint l’objectif escompté
Prévu pour être un palace, il a juste décroché quatre étoiles

Villa de France a refermé ses portes après quelques semaines d'activité. N'ayant pas réussi à décrocher toutes les étoiles pour être palace, le management préfère procéder à des travaux de rénovation pour atteindre ses objectifs

Les étoiles du Villa de France n’auront finalement pas eu le temps de briller. L’établissement, qui voulait devenir le fleuron de l’hôtellerie tangéroise, a fermé ses portes la semaine dernière après moins d’un mois d’activité. L’hôtel avait rouvert en formule de “soft opening” après 20 ans d’inactivité. Selon les premières informations, la rénovation a été un échec. Les gestionnaires de l’hôtel, le groupe Le Royal, aspiraient à ce qu’il soit classé comme un 5 étoiles de luxe, or, les dimensions des chambres n’arrivaient même pas au minimum requis. Finalement, selon des sources à la délégation du tourisme, il n’a réussi à décrocher que 4 étoiles. Une «distinction» ne coïncidant pas avec les objectifs du management du groupe Rentistica, propriétaire aussi de l’hôtel El Minzah, qui a décidé alors de fermer l’établissement et de procéder à des travaux de réaménagement supplémentaires. «Nous ne prévoyons pas de rouvrir avant sept à huit mois», affirme Hansueli Egli, nouveau DG de l’hôtel El Minzah et du Villa de France. Il s’agira de remettre à neuf les structures et l’équipement de l’hôtel pour lui permettre d’aspirer à un classement haut de gamme et de figurer en tant que palace de luxe à Tanger.
En outre, la fermeture de l’hôtel a coïncidé avec le départ de l’ancien DG de Rentistica, en charge de la rénovation du Villa de France. Selon des sources proches du dossier, la fermeture de l’hôtel Villa de France serait aussi due à la découverte de gouffres financiers  dans la comptabilité de sa rénovation. En plus de ne pas respecter les cahiers des charges établis, les travaux auraient été surfacturés au double ou au triple de leur valeur réelle, une information que la direction d'El Minzah n’a pas voulu commenter. L’escroquerie porterait sur près de dix millions de DH et expliquerait le départ précipité du responsable du projet. A noter que jusqu’à présent, aucune plainte n’a encore été déposée. Rentistica, propriétaire des murs de l’hôtel El Minzah et Villa de France, est l’un des plus importants propriétaires fonciers au centre-ville de Tanger avec un important héritage issu de l’époque internationale de la ville. Elle est détenue à hauteur de 80% par General Mediterranean Holding SA, société de participation établie au Luxembourg en 1979. Elle a été fondée par Nadhmi Auchi, un milliardaire anglais d’origine irakienne.

 

De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc