fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

lundi 01 septembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

L’arrêt de la pêche au poulpe généralisé au littoral
La mesure a pris effet le 15 août et sera maintenue jusqu’au 15 novembre
Objectifs: protection de la ressource et lutte contre la pêche illicite

   
L’arrêt de la pêche au poulpe généralisé au littoral
Les professionnels souhaitent dorénavant ne faire qu’un repos biologique par an et travailler neuf mois d’affilée, au lieu des deux phases de repos auparavant

L’arrêt de la pêche au poulpe est décrété. La décision a été prise par le département de tutelle depuis le 15 août dernier et sera maintenue jusqu’au 15 novembre, soit pour la saison d’automne 2012. Fait nouveau dans la démarche, la mesure est généralisée à tout le littoral pour toute la période précitée. Selon  Zakya Drouich, directrice de la pêche et de l’aquaculture auprès du département éponyme, depuis deux ou trois campagnes, il y a eu tentative d’instaurer la mesure de généralisation à tout le littoral pour toute la période du repos biologique. Face aux réticences et lobbying des professionnels, la mesure a été levée. Elle n’a été observée au maximum que deux mois les toutes premières fois. Au-delà de la préservation de la ressource, l’objectif de la décision est aussi de lutter contre toute forme de pêche illicite», précise Zakya Drouich. Pour rappel, la pêcherie du poulpe fait l’objet de 2 repos biologiques par an depuis 1989, l’un durant la période du printemps, l’autre au cours de la saison d’automne. De l’avis de Abderrahmane Lyazidi, secrétaire général du Syndicat national des officiers et marins de la pêche hauturière, la mesure prise par la tutelle est très courageuse et très prometteuse pour le secteur. Un grand nombre de professionnels disent être en accord avec les responsables institutionnels en la matière. La décision s’inscrit d’ailleurs tout à fait dans le cadre des recommandations retenues récemment lors d’une rencontre entre opérateurs et responsables institutionnels. Les professionnels souhaitent dorénavant ne faire qu’un repos biologique par an et travailler neuf mois d’affilée. ‘’Cela va nous permettre d’avoir une meilleure visibilité sur l’activité mais aussi permettre une meilleure gestion des ports grâce à un décongestionnement de l’espace’’, souligne Abderrahmane Sarroud, président de la Chambre des pêches maritimes d’Agadir.  La tutelle dit ne pas être contre cette mesure. Il y a cependant des conditions préalables à remplir avant d’en arriver là. Outre être sûr de l’équilibre du stock du poulpe, il est important que   le contrôle satellitaire des navires (VMS) soit opérationnel à bord de tous les chalutiers côtiers et hauturiers. Pour l’heure, près de 75% de la flotte est équipée, est-il indiqué. Il est nécessaire aussi que les mesures d’application en la matière soient mises en place. Le tout devrait être bouclé en janvier 2013, précise Zakya Drouich. Les trois mois d’arrêt de pêche du poulpe en cours permettront de se préparer à cela et d’accorder les violons des uns et des autres.


Malika ALAMI