Economie

El Khalfi veut contrôler...

Par L'Economiste | Edition N°:3754 Le 03/04/2012 | Partager
Pub, festivals... dans le viseur
Les jeux de hasard particulièrement ciblés
Inquiétude chez des opérateurs et des organisateurs

Mustapha El Khalfi veut jouer la carte de la transparence dans la distribution des subventions. Pour la presse écrite, une liste des journaux ayant bénéficié du soutien de l’Etat depuis 2005 sera publiée sur le site du ministère. Idem pour toutes les sociétés de production ayant reçu des subventions du Centre cinématographique marocain

Capitaliser sur les initiatives lancées par le gouvernement précédent et accélérer la mise en œuvre des chantiers de modernisation du secteur de la Communication. C’est le message véhiculé par Mustapha El Khalfi, ministre et porte-parole du gouvernement. Son intervention devant la Commission de l’enseignement et de la culture de la Chambre des représentants a permis de dévoiler sa feuille de route pour les prochains mois. Depuis sa nomination, El Khalfi a réussi à activer certains projets légués par son prédécesseur. C’est le cas notamment de la mise en place de cahiers des charges pour la SNRT et la Soread (2M), après une série de consultations des différents intervenants (cf. www.leconomiste.com). L’objectif est de «mettre en place des pôles médiatiques professionnels, compétitifs, basés sur la qualité, la diversité et l’indépendance éditoriale». Dans ce chantier de mise à niveau des chaînes publiques, la bonne gouvernance figure en pole position. Que ce soit pour la SNRT ou la Soread 2M, le ministre a insisté sur l’importance de «l’effectivité du rôle des instances institutionnelles comme les Conseils d’administration, conseils stratégiques, conseils déontologiques…». Parallèlement, il s’attelle au repositionnement de certaines chaînes publiques. En effet, «le ministère travaille, en partenariat avec le département de la Culture, sur la définition d’une orientation culturelle pour la chaîne Arrabiâ». D’autres télévisions verront également le jour entre 2013 et 2014.
Il s’agit notamment de la chaîne parlementaire, qui sera placée sous la supervision du Parlement, et gérée techniquement par la SNRT. El Khalfi se penche aussi sur la création d’une chaîne dédiée à la famille et à l’enfance, en partenariat avec le département de Bassima Hakkaoui. Pour la presse écrite, le ministre de la Communication a rappelé que «le projet de loi relatif au Conseil national de la presse a été finalisé et sera soumis à la procédure d’adoption». Des consultations sont également en cours pour la mise en place d’un nouveau Code de la presse, très attendu par les professionnels. El Khalfi a souligné que «la subvention du secteur a connu une hausse de 30% dans le projet de budget 2012, pour atteindre 65 millions de DH». Pour bénéficier de cette aide, son département a déterminé des critères imposant aux entreprises de la presse d’être en règle avec l’administration des impôts et la CNSS. Les rencontres avec les professionnels de la presse électronique a permis de dégager 30 recommandations, qui vont déterminer les outils d’organisation du secteur. El Khalfi s’est également attaqué à la restructuration de la MAP, notamment à travers la mise en place d’un nouveau plan stratégique (2012-2016). En outre, son département est en cours de préparation d’une feuille de route pour l’organisation du secteur de la publicité, en partenariat avec les professionnels. L’idée est de «mettre en place des outils garantissant la transparence et l’égalité des chances». Cela devra passer par «la préparation d’un projet de loi relatif à la publicité, en plus de la création d’un bureau de contrôle».   
Des projets qui n’ont pas soulevé l’unanimité chez certains opérateurs et organisateurs. Ces derniers redoutent l’avènement d’une nouvelle forme de censure. Les jeux de hasard seraient particulièrement dans le viseur.
Par ailleurs, le ministre Pjdiste prévoit d’organiser les Assises du cinéma avant la fin de l’année. Les salles de cinéma devront également bénéficier d’un soutien, prévu dans le projet de budget, pour assurer leur transformation en multiplexes et la mise à niveau de leur équipement.
Pour les festivals, le département de la Communication planche sur la préparation de cahiers des charges pour leur organisation et la détermination des critères d’octroi des subventions. Au niveau de la formation, El Khalfi mise sur la création d’une Académie de la communication, avec des instituts spécialisés dans les domaines de la presse, l’audiovisuel et cinéma, ainsi que la publicité et l’internet. L’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel et du cinéma, dont le décret de création a été publié dans le BO, sera opérationnel dès octobre prochain.

 

M. A. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc