Economie

Baraka annonce des assises fiscales

Par | Edition N°:3729 Le 28/02/2012 | Partager

«Nous allons remettre à plat le système fiscal au cours des assises sur la fiscalité. Il s’agira de trouver des pistes qui permettront d’avoir un régime plus équitable avec des rendements importants», relève Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances

La révision en cours des mécanismes de garantie pour les PME est l’un des axes qui est censé favoriser leur compétitivité. En dehors des garanties à l’investissement, le département des Finances réfléchit à l’instauration d’une garantie spécifique pour l’exploitation. Une initiative qui voudrait en partie répondre à la problématique de trésorerie des PME. Quant au volet fiscal, il sera débattu lors des assises fiscales, confie, dans cet entretien à L’Economiste, Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des finances
- L’Economiste: La compétitivité est l’un des principaux axes du programme gouvernemental. Comment est-ce qu’elle va se traduire sur le terrain?
- Nizar Baraka: Le Maroc a une vision qui porte essentiellement sur la diversification productive, l’accompagnement des PME ainsi que la volonté d’avoir une économie plus intégrée. Dans le cas de l’entreprise en particulier, l’une des principales actions concerne la réduction des coûts de production, notamment en matière de logistique et de fret. Un autre axe est de favoriser le développement de clusters afin de développer des synergies entre les entreprises et leur permettre d’être plus efficientes. Le troisième volet porte sur l’amélioration de la gouvernance des PME. Il s’agira de dégager de meilleurs process qui permettront à ces entreprises d’être plus productives et plus efficaces.
- Qu’en est-il des mécanismes de financement?
- Nous sommes en train de réviser les mécanismes de garantie existants de sorte à ce qu’ils soient plus en phase avec les attentes des entreprises et leur permettre d’accéder au crédit. Nous travaillons principalement sur deux axes: les garanties en termes d’investissement, mais également le volet exploitation. Aujourd’hui, l’une des problématiques majeures des PME est la trésorerie. Nous réfléchissons donc à l’instauration d’une garantie spécifique pour l’exploitation. Cela devrait permettre à l’entreprise d’être mieux gérée et surtout de mieux répondre aux problématiques de délai de paiement.
- Il est aussi question de réforme fiscale. Quels impôts seront touchés et comment?
- La réflexion sera lancée au cours des assises de la fiscalité que nous organiserons prochainement. Nous allons remettre à plat la fiscalité nationale pour déterminer les améliorations à apporter. Il s’agira notamment de trouver des pistes qui permettront d’avoir une fiscalité plus équitable avec en même temps des rendements importants.
- A quel niveau se situent les nombreux projets de textes sur le marché des capitaux, les professionnels s’impatientent?
- Le gouvernement s’est fixé pour objectif d’avoir un planning au niveau législatif. Evidemment, par rapport à Casablanca Finance City, il est important qu’un certain nombre de textes juridiques qui accompagnent le développement du secteur financier puissent voir le jour rapidement et nous y travaillons.


Propos recueillis par Franck FAGNON

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc