Régions

Cinéma
Le Festival de Tanger rend hommage à trois légendes

Par L'Economiste | Edition N°:3699 Le 16/01/2012 | Partager
Derkaoui, Mesbahi et Benmoussa honorés par les organisateurs
La projection des films a démarré depuis ce week-end

Tanger a vécu la semaine dernière sous les couleurs du cinéma. La ville du Détroit accueille depuis jeudi dernier la 13e édition du Festival National du film ( FNF) organisé par le Centre Cinématographique Marocain (CCM). Lors de cette 13e édition qui se déroule jusqu’au 21 janvier, s’affronteront 23 longs métrages, parmi lesquels, «Andalousie, mon amour» de Mohamed Nadif, «Le retour du Fils» d’Ahmed Boulane, «Nhar Tzad Tfa Dou» de Mohamed Keghate, «Les Mains Rudes» de Mohamed Asli, «Mort à Vendre» de Faouzi Bensaidi, «Femme écrite» de Lahcen Zinoune, «Le Bout du Monde» de Hakim Noury, «Sur la planche» de Leila Kilani, «Un Marocain à Paris» de Said Naciri et «Omar m’a Tuer» de Rochdy Zem, dont les projections ont déjà démarré depuis le week-end dernier.
Vont également concourir pour cette compétition officielle les films «L’Amante du Rif» de Narjiss Nejjar, «Les mécréants» de Mohcine Besri et «Regarde le Roi dans la Lune» de Nabyl Lahlou.
L’ensemble des films en lice lors de cette édition représentent la production cinématographique marocaine depuis la dernière édition du Festival en janvier 2010. En effet, à l’inverse des autres éditions, aucune sélection préalable n’a été effectuée.
Durant la séance inaugurale, le Festival a tenu à rendre hommage à trois grandes figures du cinéma marocain. Il s’agit de l’acteur, Salahddine Benmoussa et des réalisateurs, Mustapha Derkaoui et Abdallah Mesbahi, des monstres de la scène artistique marocaine qui ont reçu les ovations de la salle du Cinéma Roxy qui accueille, comme chaque année, l’ouverture de cet événement.
L’autre événement de la soirée inaugurale a été la projection pour la première fois en Afrique du film culte de George Méliès, « Voyage dans la Lune ». Il s’agit de la version couleur de ce film centenaire retrouvée en 1993 après avoir été égarée. La copie a été restaurée en 2010 et elle a été projetée pour la première fois en ouverture de la dernière édition du Festival de Cannes.
Le Festival s’est poursuivi vendredi avec une conférence sur le cinéma, animée par Edgar Morin, qui préside le jury de cette treizième édition du Festival. Morin a évoqué devant son auditoire son expérience dans le domaine du cinéma. Le sociologue, philosophe et grand penseur français est en effet spécialiste du 7ème art, il est auteur de plusieurs ouvrages cinématographiques, et est également coréalisateur avec Jean Rouch du film «Chronique d’un été» en 1961 qui a reçu le Prix de la Critique au Festival de Cannes.
A noter qu’en marge du Festival, une compétition de courts-métrages nationaux sera organisée avec 23 courts.
Le Festival du cinéma a animé les froides soirées de janvier à Tanger. S’il n’a pas la prétention d’être parmi les grands rendez-vous du septième art tel le festival de Marrakech, il a au moins le mérite d’offrir une visibilité pour le Cinéma marocain et de doter la ville de Tanger d’une vitrine de choix.

De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc