Primary tabs

Analyse

Climat des affaires
Les optimistes, les inquiets et les indécis

Par | Edition N°:3698 Le 13/01/2012 | Partager

L’immobilier dans l’expectative

«Etant donné le manque de visibilité, nous espérons que 2012 s’inscrive dans la tendance de l’année précédente», confie un promoteur de Casablanca. Le secteur manque d’enthousiasme car l’exercice 2011 a été marqué par une réelle crise dans le luxe, une rareté de l’offre dans le moyen standing, mais un véritable engouement pour le logement social. Même son de cloche du côté des agents immobiliers…
«Nous constatons que l’année 2011 a connu une certaine dynamique et nous pensons que cette tendance va se poursuivre», souligne William Simoncelli, directeur général de Carré Immobilier. Un avis qui ne fait pas l’unanimité puisque d’autres promoteurs sont plus optimistes. «Nous avons réalisé plus de ventes durant cette première semaine de janvier que pendant tout le mois de décembre dernier», confie un promoteur dans le luxe. Il attribue cette situation à la stabilité survenue au lendemain de la victoire du PJD. Toutefois, la majorité des promoteurs restent dans l’expectative et ne veulent pas se prononcer sur les prévisions.
Du côté des grands opérateurs, les annonces de nouveaux projets se multiplient. Le groupe Addoha vient de lancer des projets ambitieux de 10.000 logements au niveau de Casablanca et 4.000 autres sur Tétouan et El Jadida. Pour sa part, Alliances table sur un chiffre d’affaires de plus de 8 milliards de DH en 2012. En tout cas, les professionnels de l’immobilier espèrent être entendus cette fois-ci. En effet, les propositions de la Fédération des promoteurs immobiliers (FNPI) pour la loi de Finances n’avaient pas été retenues par l’ancien gouvernement. Ainsi, «la Fédération compte revenir à la charge avec une série de mesures», confie Ikbal Kettani, directeur adjoint de la FNPI. Parmi ces mesures, des logements pour les jeunes de moins de 35 ans et la classe moyenne.
IL. B. & Z. S.

 

Résidences touristiques: Le front de mer séduit

Les résidences de promotion touristique séduisent. En matière d’investissement, Earth Property (entreprise de conseil, de montage, de promotion et de commercialisation) entame son premier projet en propre: une résidence à 60 km de Casablanca en front de mer pour un investissement estimé à 150 millions de DH. «Nous prévoyons de rester très prudents sur les recrutements en 2012 en raison des conditions du marché et d’une faible visibilité. Le projet de la résidence touristique pilote créera cependant près de 80 emplois à horizon 2015», souligne le DG Youssef Benamour. «Sur notre activité de services, nous aurons une meilleure visibilité durant l’été 2012», dit-il. Benamour détaille les projets: «La commercialisation du projet Ritz Carlton Tamuda Bay enregistre à ce jour des résultats honorables, avec plus de 75% de ventes pour les appartements et près de la moitié pour les villas. La commercialisation reprendra activement durant le 2e trimestre».
F. Z. T.

 

Offshoring: Croissance à deux chiffres pour 2012

«Le secteur de l’offshoring va continuer sa croissance à deux chiffres en 2012, que ça soit dans le public ou le privé», annonce Mohamed Lakhlifi, nouveau président de l’Apebi. Bon nombre d’opportunités se présentent dans ce marché à très fort potentiel. Le Business process outsourcing (BPO) francophone affiche le potentiel le plus important, avec des prévisions de chiffres d’affaires de 12,7 milliards de DH en 2013 et 75.000 emplois. Le CRM représente la part la plus importante, soit 10,9 milliards de DH avec 60.000 emplois. Bien que ce segment soit saturé, il recèle encore de nombreux investissements. Sur le plan RH, les intentions de recrutement sont importantes et devraient être concrétisées dans les mois à venir. «Ce secteur est appelé à être recruteur par excellence pour les années à venir », prévoit Lakhlifi. Rien que dans les centres d’appels, 5.000 emplois devraient être créés par an.
Toutefois, l’inadéquation entre les profils des universités et les besoins du marché pose toujours problème. D’où les investissements importants dans les RH et la formation. Côté investissements, les ruptures technologiques récentes vont faire émerger de nouvelles activités. Surtout avec l’arrivée du nouveau business model, le cloud computing, considéré comme étant le générateur de nouvelles activités à forte valeur ajoutée. Les opérateurs attendent une meilleure communication à l’international sur le potentiel marocain. L’année 2012 sera marquée par la constitution d’un collège d’experts pour assister les professionnels. Une attention particulière sera également accordée aux TPE, qui seront coachées par les grandes entreprises en travaillant sur des projets communs.
I. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc