Culture

Fondation nationale des Musées
Mehdi Qotbi veut se mettre vite au travail

Par L'Economiste | Edition N°:3682 Le 21/12/2011 | Partager
L’inventaire du patrimoine culturel, la priorité
Création de musées par thèmes

Mehdi Qotbi a été nommé lundi 19 décembre par le Souverain, président de la Fondation nationale des musées. La création cette institution découle d’une volonté de renforcement de la gouvernance muséale et à la valorisation du patrimoine muséographique national. Administrée par un comité directeur, elle se composera, outre son président, de six autres membres

A peine nommé à la tête de la Fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi a déjà plein d’idées pour le fabuleux projet. La création de cette institution découle d’une volonté de renforcement de la gouvernance muséale et à la valorisation du patrimoine muséographique national. «C’est une Fondation qui va être dotée de moyens et d’une fonction indépendante pour le rayonnement de la culture marocaine et la préservation du patrimoine culturel marocain qui sera légué aux générations futures», souligne Mehdi Qotbi. «C’est un chantier complètement vierge et l’on va essayer de construire des ponts de dialogue entre les cultures, main dans la main avec le ministère de la Culture. Car la culture est essentielle dans le développement d’un pays », ajoute-t-il. En effet, le Maroc dispose d’un patrimoine culturel riche et varié où chaque région possède ses particularités, contribuant ainsi à la culture nationale et à l’héritage civilisationnel. Ce patrimoine, qui retrace l’histoire séculaire du pays est en partie sauvegardé dans des sites archéologiques. Mais ces derniers, de par leur inadéquation avec les critères d’établissement culturels ne permettent pas une exposition complète des composantes de ce patrimoine.
Dans ce sens, le premier souci de la Fondation est de réaliser un inventaire du patrimoine culturel qui existe au Maroc. Ensuite, afin de mieux faire connaitre le Maroc, sa culture et son histoire, l’enrichissement des collections est prévu. « Cet enrichissement sera réalisé par l’implication du privé dans la culture. Et ce, probablement par la promulgation d’une loi qui permettra comme en Europe la défalcation des impôts des dons d’œuvres d’art», déclare Qotbi. La détection des probables objets culturels appartenant au patrimoine national et qui auraient été emportés à l’étranger sera organisée afin de les récupérer. La stratégie de la Fondation se basera sur une gestion structurée où les musées seront des espaces publics accueillants et attractifs. «Comme chaque élément du patrimoine de notre pays doit avoir sa place, les musées seront classifiés par nature et catégories», explique le nouveau président de la Fondation. C’est suite à la promulgation de la loi n° 01-09 (Dahir n° 1-10-21 du 18 avril 2011) que l’institution de la « Fondation nationale des musées » a vu le jour. Administrée par un comité directeur, elle se compose, outre son président, de six membres.

Si le président est nommé par dahir, les membres du comité directeur sont désignés par l’administration parmi les personnalités reconnues pour leur compétence et leur expérience dans le domaine des compétences de la Fondation. Le comité peut s’adjoindre, à titre consultatif, toute personne dont la présence lui parait utile. Il y aura également un conseil d’orientation et de suivi composé de dix membres marocains et étrangers parmi les personnalités reconnues pour leur compétence, leur intégrité, leur expérience et leur expertise dans le domaine de la muséologie, du patrimoine et de l’archéologie, et parmi les personnes dévouées à ce domaine et intéressées par son développement et son évolution.
 

Un artiste atypique
Mehdi Qotbi est lauréat de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse et de l’Ecole supérieure des Beaux-arts de Paris. Fondateur du Cercle d’amitié franco-marocain et de l’Association Trait d’Union Maroc-Europe, il est très impliqué dans la promotion du Royaume et est connu pour son engagement en faveur de la démocratie et des droits humains. L’artiste jouit d’une notoriété internationale dans les domaines artistique et culturel. Il a été distingué à plusieurs reprises au Maroc et en France, notamment Officier de l’Ordre du Trône et détenteur des insignes d’officier de l’Ordre national du mérite de la République française et des insignes de Commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres, la plus haute distinction culturelle en France. Il a également été fait Chevalier des Palmes académiques par le gouvernement français. Son travail figure dans un grand nombre de collections publiques et privées, au Maroc, en France, aux Etats-Unis, en Indonésie, en Arabie Saoudite, en Jordanie, en Allemagne et au Canada. Ses œuvres sont exposées dans différents musées à travers le monde, dont le British Museum, le centre Pompidou, le musée d’art moderne de la ville de Paris. De plus, il a également collaboré avec de nombreux noms littéraires et critiques, tels que Pierre Restany, Yves Bonnefoy, Léopold Sédar Senghor, Michel Butor, Nathalie Sarraute, Octavio Paz...

 

Zineb SATORI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc