Régions

Agadir investit gros dans l’animation

Par L'Economiste | Edition N°:3654 Le 10/11/2011 | Partager
Crocodiles aquatiques, accrobranche, centre de karting… des parcs à thèmes en projet
Près de 150 millions de DH d’investissements
Des activités ludiques pour diversifier les atouts touristiques

A court et moyen terme, la ville va diversifier ses activités d’animation et renforcer ainsi ses atouts touristiques. L’offre actuelle est en effet insuffisante pour être exportable et donc attractive

Bonne nouvelle, la station balnéaire d’Agadir est en passe d’offrir de nombreuses infrastructures d’animation après tant d’années de vide sur ce plan là. C’est du moins ce qui ressort de la liste des projets d’investissements déposés au Centre régional d’investissement d’Agadir. Certains dossiers sont aujourd’hui plus que des projets sur le papier. Ils sont concrétisés et entrés en activité. C’est le cas, dans la commune de Bensergao, d’un parc accrobranche dénommé Souss Park qui a nécessité un investissement de 6,5 millions de DH. Etalé sur cinq hectares, l’établissement offre des activités ludiques à travers plusieurs parcours dans la forêt et une aire récréative. Dans la commune de Drarga, c’est un projet non moins original qui est envisagé. Il est prévu sur un terrain de 4 hectares d’aménager un parc de crocodiles. Pour l’heure, la société Crocoparc est en cours de constitution. L’investissement est estimé à 11,4 millions de DH dont 7,4 millions pour la 1re tranche. Pour la réalisation d’un centre de karting dans la commune urbaine d’Agadir à proximité du grand stade, ce sont 4,97 millions de DH qui seront investis. Le terrain qui accueillera cette infrastructure est de cinq hectares dans une zone forestière. Toujours à proximité du grand stade, c’est un parc aquatique et de loisirs qui sera aussi aménagé. L’investissement d’une valeur de 132 millions de DH provient des propriétaires de la chaîne hôtelière Pickalbatros à travers la société maroco-égyptienne d’investissement touristique. Pour le moment, le terrain d’une superficie de 5 hectares est mobilisé.
Les emplois à créer atteindront le nombre de 250. La réalisation d’un complexe cinématographique Mégarama à Agadir sur un terrain domanial de 2 ha dans la zone de Hay Mohammadi générera pour sa part 300 emplois après un investissement de 150 millions de DH. Le dossier a été validé dernièrement par la commission régionale d’investissement (cf. www.leconomiste.com).
La ville d’Agadir devrait donc offrir à court et moyen terme de nombreuses activités ludiques et ainsi diversifier ses atouts touristiques. Tant mieux, car le développement économique de la région d’Agadir passe par la diversification de ses niches d’activités. Institutionnels, élus et opérateurs privés l’ont bien compris s'ils veulent relever le défi de la création d’emplois, objectif premier de la Vision 2020. C’est dans ce sens que de nouvelles pistes d’investissement sont identifiées. L’offshoring est l’une d’elles. Sur ce plan, il est question d’implanter une zone offshore dans la ville. Pour l’heure, le dossier est au stade d’étude de positionnement.
Un autre chantier est aussi sur la bonne voie. Il s’agit du parc Haliopolis, la future zone intégrée dédiée au traitement des produits de la mer. Selon des sources proches du dossier, la première tranche du projet est commercialisée et les travaux de viabilisation du site vont bon train.
Ce mégaprojet qui consiste en un complexe innovant pour une nouvelle génération de parcs industriels est prévu sur 150 ha dans la commune de Drarga (périphérie d’Agadir). Le parc halieutique de la région du Souss sera enfin une zone d’activité ouverte à l’industrie de la transformation des produits de la mer. Mais aussi aux activités de logistique. Le montant d’investissement pour les aménagements in site est estimé à 265 millions de DH. Le développement du projet nécessitera une enveloppe de 6 milliards de DH. Outre la modernisation du secteur de la pêche, il permettra la création de plus de 20.000 emplois dans divers secteurs tels que la transformation, la logistique, le support et les services.
Toujours dans la périphérie d’Agadir, c’est un autre gros projet qui est en gestation en faveur du développement agricole. Il s’agit de la mise en place d’un agropole. Comme pour le chantier Haliopolis, MedZ est le chef de file de ce projet.

Taghazout

Quatre mois après le coup d’envoi du chantier de la future station de Taghazout, la zone est toujours déserte. Et pour cause, les travaux n’ont pas véritablement commencé. Du côté du ministère du Tourisme, c’est le silence radio. Contacté par L’Economiste le mois dernier, le département n’a pas communiqué autour de l’état d’avancement du projet. Une source proche du dossier indique que la convention d’investissement est en cours d’élaboration et devrait être signée incessamment.

De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc