Entreprises

Le Club Med Smir cherche acquéreur

Par L'Economiste | Edition N°:3627 Le 30/09/2011 | Partager
Un des plus beaux sites de la côte, mais difficile à faire monter en gamme
La cession à un autre opérateur en réflexion

Pour les responsables, le site est splendide, mais sa configuration allongée le rend difficile à exploiter et à faire évoluer dans le cadre de la stratégie actuelle de montée en gamme du Club Med. La réflexion va même plus loin puisqu’il est question de chercher un éventuel repreneur

Le Club Med entend réaménager ses pions au nord. L’enseigne y dispose en effet de deux clubs, à moins de quinze kilomètres, sur pratiquement le même littoral. Il s’agit des clubs de Yasmina, récemment rénové et inauguré la semaine dernière (cf. www.leconomiste.com) et le Club Smir. Ce village est un 3 tridents sur lequel une réflexion est actuellement en cours. «Le Club Med et son partenaire la CDG sont en train de réfléchir au devenir de ce village de vacances», explique Vincent Brotons, directeur général du Club Med au Maroc et au Sénégal. Selon lui, le site est splendide, mais sa configuration allongée le rend difficile à exploiter et à faire évoluer dans le cadre de la stratégie actuelle de montée en gamme du Club Med. La réflexion va même plus loin puisqu’il est question de chercher un éventuel repreneur pour ce site, qui serait alors géré en dehors de la marque commerciale du Club Med, continue Brotons. Actuellement il constitue un excellent ticket d’accès de gamme pour le Club, mais il ne s’inscrit pas dans le cadre de la stratégie de montée en gamme du «trident» qui entend passer les deux tiers de ses villages de vacances à la gamme supérieure à fin 2012. D’ailleurs, se pose également la question de savoir s’il est viable d’avoir deux villages de vacances au nord avec deux niveaux de gamme différents, et les problèmes de cannibalisation des parts de marché que cela suppose. Malgré les craintes sur la saison que l’on croyait compromise, le Club Med Smir s’est très bien comporté cet été avec des taux d’occupation atteignant les 80%, un score très honorable. Le club semble avoir la préférence des clients marocains qui ont représenté près de 30% de sa fréquentation totale. «L’attentat de Marrakech a supposé un frein avec un ralentissement des réservations en mai et juin, mais nous avons réussi à réaliser malgré tout une bonne saison en juillet et août», affirme Brotons. Pour l’année prochaine, les perspectives restent, par contre, calmes. Le démarrage des réservations pour la prochaine saison reste assez lent et le Club Med n’enregistre pas le niveau habituel, explique le DG du club. Les responsables comptent tout de même sur le phénomène de ‘late booking’, (réservations de dernière minute) qui peut changer la donne. «En effet, l’été dernier, c’est vers fin juin que les réservations ont commencé à pleuvoir», explique Brotons.

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc