Entreprises

Centrale Laitière
Des étudiants français découvrent le site de Salé

Par L'Economiste | Edition N°:3625 Le 28/09/2011 | Partager
6 millions de pots de yaourt produits par jour
Des innovations et de grandes ambitions

En visite au Maroc, les étudiants français des Ponts et chaussées ont effectué une visite complète des installations de la Centrale Laitière de Salé, pour découvrir d’autres méthodes de travail et d’organisation

Une quarantaine d’étudiants de la deuxième année du département génie industriel de l’Ecole nationale des ponts et chaussées ont visité mardi l’usine de Salé de la Centrale Laitière. Mohammed Marzak, le directeur d’exploitation, a saisi l’occasion pour présenter ce site, l’un des plus productifs du groupe. La Centrale Laitière, implantée dans les villes de Meknès, Fès, El Jadida et Salé, a un chiffre d’affaires d’environ 6 milliards de DH et détient 65% de part de marché des produits laitiers frais. L’usine de Salé visitée par les étudiants français est l’un des fleurons de la société. Elle emploie près de 1.000 personnes et a la particularité d’être située dans une zone habitée. L’usine, installée sur une superficie limitée, produit 6 millions de pots de yaourt par jour et satisfait 50% des besoins nationaux dans ce domaine. Avec un chiffre d’affaires de près de 2,5 milliards de DH, elle est l’un des joyaux de Centrale Laitière. Ainsi, c’est dans ce site qu’est produite une grande partie de nos yaourts préférés, notamment Activia, Yawmy… et surtout le produit phare de la société: «Jamila». Un produit symbolique qui s’écoule à près de 1,5 million d’unités par jour. «Jamila est un bijou du groupe, il est produit ici à Salé», assure Mohammed Marzak. Il a aussi exposé les différentes mesures prises, relatives notamment à la sécurité, au coût, à la qualité, au délai, à la motivation du personnel et au respect de l’environnement.
Marzak a également dévoilé les principales innovations aux visiteurs venus au Maroc pour découvrir les meilleures installations industrielles. La première de cette année concerne l’élaboration de nouveaux produits et saveurs. Il s’agit notamment d’Activia fraise et cerise, de Yawmy citron et noix de coco ou encore Yawmy Fruix. La deuxième innovation concerne la gestion opérationnelle. Elle se traduit par la mise en place de cellules autonomes de production (CAP). La nouvelle méthode vise à limiter le gaspillage de temps, à optimiser le circuit de communication et de gestion, sachant que le site dispose d’une chaîne logistique très complexe sur un espace réduit. Pour ne pas être pénalisée par l’étroitesse des lieux, la direction a opté pour des outils jugés performants. Pour pallier cette exiguïté, la société envisage de s’élargir. «Nous avons acquis des terrains pour l’extension de l’usine. Et nous envisageons de disposer d’un nouveau complexe industriel», explique Mohammed Marzak.

Maimouna DIA

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc