Economie

Dattes: Attention aux fruits altérés!

Par | Edition N°:3587 Le 03/08/2011 | Partager
Chaleurs et mauvais stockage aggravent le risque
L’offre dominée par l’ancienne récolte
Mais le contrôle promet de sévir sur tous les fronts

Le marché des dattes est approvisionné à hauteur de 44.000 tonnes dont près de la moitié provient de l’importation. Mais l’essentiel est issu de la récolte de l’année passée

Cette année les dattes commercialisées proviennent pour l’essentiel de l’ancienne récolte. C’est le cas pour la totalité des fruits produits localement et dans une moindre mesure des volumes importés. D’où la présence de lots altérés mis sur le marché. Des cas ont été relevés sur plusieurs points de vente y compris la grande distribution. Et, pour cause ! La non-conformité des conditions de conservation. Du coup, des dattes séchées au naturel se retrouvent stockées dans des dépôts où la température ambiante est souvent dominée par l’humidité. «Résultat, les fruits sont attaqués par la moisissure laquelle génère de manière spontanée de petits vers», signale un marchand en gros. Pour ce qui est des dattes molles, le goût vinaigré est parfois manifeste. Car, la chaleur finit à terme par faire tourner ces fruits pour la simple raison que les sucres se transforment en alcool.
«Cette année, en raison de la saison d’été, le risque est plus élevé», prévient cet autre importateur. Mais le contrôle promet de sévir aussi bien contre la mauvaise qualité que les prix. «Des équipes spéciales ont été dépêchées sur le terrain depuis hier mardi», annonce Hamid Benazzou, directeur général de l’Office national de sécurité sanitaire et alimentaire. Les visites seront concentrées sur tous les produits exposés au risque sanitaire inhérent aux fortes chaleurs. Surtout, que l’approvisionnement du marché en dattes est constitué pour l’essentiel de la production de l’année passée. C’est le cas bien évidemment de la récolte locale mais aussi des importations.
Selon les données de l’Office de Changes, le volume importé à fin juin dernier s’est établi à 19.500 tonnes contre 30.700 tonnes à la même période de l’année passée. C’est dire l’importance du stock issu de l’année dernière. Pour ce qui est de la production nationale, la marchandise disponible est estimée par le ministère de l’Industrie et du Commerce à 24.000 tonnes. Le tout provient de la récolte de l’année dernière. Car, dans le cas d’espèce, le doute n’est pas permis.
Au Maroc, deux régions assurent l’essentiel de la production des dattes, le Tafilalet et le sud-est du pays (Ouarzazate et Zagora). Or, l’arrivée à maturité des fruits dans la seconde région, pourtant réputée précoce n’intervient que vers le 15 septembre. Et, seulement pour quelques variétés. Alors que le Tafilalet n’entame sa cueillette que vers la mi-octobre. Autant dire que les producteurs marocains n’en tireront pas grand profit de la forte demande durant le mois de Ramadan.
D’où, les appréhensions des producteurs d’être encore une fois livrés à la voracité des intermédiaires et autres grossistes qui disposent de moyens de stockage. Dans ce domaine, même les coopératives manquent cruellement de moyens de stockage et de conditionnement industriel. Seule la conservation naturelle en plein air sur les hauteurs des montagnes prédomine encore. Pourtant, le Maroc figure parmi les dix premiers producteurs mondiaux de dattes. La production nationale atteint en moyenne 100.000 tonnes dont 40% est assuré par le Tafilalet et autant par la région du Sud-est. Le reste provient de divers oasis. Production promise à la hausse, puisque le Plan Maroc Vert cible la plantation de 1,4 million de palmier à l’horizon 2014 et 3 millions à l’échéance 2020. Des projets intégrant le conditionnement, le froid et la valorisation des sous produits.

Plusieurs variétés

Parfumée et légèrement caramélisée, la variété Boufaggous, est d’une consistance demi molle. Elle reste la meilleure variété de la région d’Ouarzazate et Zagora. Aguellid compte aussi parmi les variétés à valeur commerciale élevée avec une saveur sucrée et une consistance molle. Quant à la variété Bouzekri, elle se caractérise par sa consistance demi sèche et un goût agréablement sucré. Les autres variétés sont des khalts, dont une partie est aussi commercialisée. Mais Al Majhoul, demeure de loin la variété la plus noble et la plus prisée.

 

A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc