Habillage_leco
Culture

Rencontre avec le Mickey français

Par | Edition N°:3540 Le 30/05/2011 | Partager

«Le plus important est de s’immerger au maximum dans le texte et de le ressentir…», souligne Laurent Pasquier

Tintin, Gaston Lagaffe, Le marsupilami,... chacun de ces dessins animés compte la participation de Laurent Pasquier. Le comédien doubleur, ancien journaliste et producteur radio, est la voix française officielle de Mickey Mouse depuis 1999. Sa carrière a débuté en 1993, 18 ans plus tard, toujours aussi passionné et extraverti, il nous parle de son métier.

- L’Economiste: Mickey est célèbre mais vous, vous travaillez dans l’ombre. N’est-ce pas frustrant?

- Laurent Pasquier: Pas du tout. Il s’agit de faire passer le message essentiel du personnage, que les mots soient forts et crédibles. Le plus important est de s’immerger au maximum dans le texte et de le ressentir. Et ce, avec générosité, pour un maximum de crédibilité. Plus on est généreux, plus on a de chance d’y arriver (ndlr: la générosité ici est synonyme d’implication et d’engagement).

- Quelles sont les qualités pour tenir ce rôle?

- Il faut être à la fois très extraverti et avoir de la retenue. Même si vous avez l’impression que c’est facile, il y a un ensemble de contraintes à gérer et à respecter. Etre à l’écoute, disponible, avoir une grande capacité d’adaptation et de concentration sont très importants. Avoir de l’énergie et pouvoir improviser sont également essentiels à ce métier! Surtout que rien n’est acquis, la remise en question est permanente.

- Quels sont les projets du Mickey français?

- Simultanément avec mon métier, je veux me diversifier. La diversité passe par des courts métrages, des téléfilms et des films. Je veux faire voir au monde ce que je suis capable de réaliser à l’image. C’est dans une optique de développement de mon potentiel. Mais c’est difficile…

- C’est difficile…?

- Oui, car tout est question de réseau et de relations. Or, c’est un monde très fermé, difficilement pénétrable, alors qu’il faut rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Ce qui n’est pas évident.

- Mickey ne vieillit pas? Depuis combien de temps vous faites sa voix?

- Depuis 1999, je suis la voix française de Mickey Mouse. Certes, le personnage ne vieillit pas, mais à cause de la diversité des saisons ou épisodes tournés, je dois m’adapter à la situation. Sa voix doit passer d’une voix grave à une voix plus modulée selon les besoins. Je dois me calquer dessus.

- Quel est la procédure mise en place pour une doublure de voix, avez-vous une quelconque «marge de manœuvre» sur les textes?

- La procédure est à la fois simple et complexe. Je reçois l’enregistrement de la voix d’origine (américaine) et la traduction qui y correspond. Dans certains cas, la traduction n’est pas adaptée au «français commun» et j’ai la possibilité d’ajuster le texte. Ce travail est fait en collaboration avec le directeur artistique.

- Y a-t-il une formation à ce métier?

- Aucune formation n’est nécessaire. C’est la passion et le sens de l’écoute qui sont préconisés. D’ailleurs, tout petit, j’essayais de reproduire les voix que j’entendais. Je suis convaincu qu’on naît comédien, on ne le devient pas! Moi-même j’ai enregistré des sons sur des cassettes et je suis allé démarcher les entreprises.

- Faites-vous un autre métier que celui de «voix»?

- J’essaye de la transmettre via du coaching: ce sont des stages radio et des formations où j'aide les journalistes à se trouver une personnalité propre à l’antenne. D’ailleurs, en parallèle, depuis 1 an et demi, j’ai une école, «l’école de la voix» où des comédiens sont formés à la voix off ( pub, documentaires, films institutionnels, initiation au doublage…).

- Faire la voix de Mickey, est-ce lucratif?

- Les cachets sont bons. La fourchette de rémunération est située entre 500 et 1.500 euros en fonction du nombre de lignes du texte à lire.

Parcours

Animateur radio à la base, Laurent Pasquier se passionne très vite au doublage de voix. En 1993, il est comédien voix pour de nombreuses chaînes de télévision. France 3, France inter, Cinephase… En 1995, il s’attaque au théâtre. Via de nombreuses pièces, telles que «Tout va bien» ou encore «Arrête ton cinéma 1 et 2», il gagne en notoriété et multiplie le doublage de personnages de pièces radiophoniques. L’année 2004 sera marquée par sa participation dans les séries «Lost», «Disparition» et «Greys Anatomy». C’est en 2006 que la télévision et le cinéma font appel à ses services. «Le désamour», «L’homme sans nom», «Le pain du diable», sont tous des films où il a joué. Interprète de la voix de Mickey depuis 1999, sa capacité d’adaptation semble lui avoir ouvert les portes du succès.

Propos recueillis par
Zineb SATORI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc