fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

vendredi 19 décembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Des patrons russes en prospection au Maroc
Le Conseil d’affaires russo-arabe tient sa 10e session à Casablanca
Une cinquantaine de participants du monde arabe
Agriculture, infrastructure, énergie… les secteurs ciblés

   

LE Conseil d’affaires arabo-russe tiendra sa 10e session à Casablanca du 24 au 29 mai. Il s’agit de la première fois que le conseil tient une réunion hors de la Fédération de Russie. Une centaine d’hommes d’affaires russes et une cinquantaine de dirigeants de chambres de commerce arabes sont attendus à cet événement. «A trois semaines de la rencontre, une centaine d’entreprises marocaines ainsi qu’une cinquantaine de participants arabes ont déjà confirmé leur participation», affirme Hassan Sentissi, président côté marocain du Conseil d’affaires maroco-russe/CGEM. Au total, 350 patrons devraient être présents lors de cette 10e session.
Parmi les ateliers thématiques prévus, les perspectives de coopération arabo-russe en matière d’investissement, d’infrastructure, d’énergie, de combustibles… L’agriculture et l’agroalimentaire ainsi que les TIC font également partie des thèmes qui seront développés.
En marge de l’événement, le Conseil d’affaires maroco-russe tiendra des réunions les 24 et 25 mai. Parmi les secteurs ciblés par ces rencontres, le tourisme, l’agroalimentaire, la pêche, l’artisanat, le textile, le cuir…
Sept ateliers sectoriels devraient être organisés dans le cadre des travaux du Conseil d’affaires maroco-russe. Il s’agit de l’énergie, du transport, de l’infrastructure, du tourisme… Autres secteurs prévus, l’agriculture, la pêche, l’industrie, les nouvelles technologies ou encore la construction mécanique. Plusieurs ministres sont pressentis pour présenter les opportunités d’investissement dans leurs secteurs respectifs.
Par ailleurs, une quarantaine de journalistes russes sont invités à un éductour au Maroc. L’objectif est de couvrir l’événement économique, mais aussi de faire la promotion des atouts touristiques du Maroc auprès de la clientèle russe.
Le lancement de la ligne aérienne Casablanca/Moscou et de la ligne maritime directe Agadir-St-Petersburg devrait faciliter les échanges entre le Maroc et la Russie, qui figure parmi les 10 premiers clients du Royaume.
Les exportations marocaines de fruits et légumes sont confrontées à plusieurs difficultés. Il y a d’abord les normes sanitaires et phytosanitaires. Les normes russes imposées au cours des dernières années aux importations agricoles sont plus sévères. Or, selon la tutelle, ces normes ne sont ni transparentes ni généralisées puisque certains pays bénéficient de plus de facilités pour l’entrée de leurs produits sur les marchés russes. De plus, les formalités de contrôle pour l’importation des produits agricoles marocains sont souvent trop longues. Ce qui se répercute sur la qualité des produits exportés. D’où des pertes importantes de parts de marché. Pour résoudre ce problème, le Maroc et la Russie devraient bientôt ratifier un accord sanitaire et phytosanitaire, préparé par l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA). De plus, les exportateurs nationaux de fruits et légumes souhaitent que le système de contrôle des résidus marocain, mis en place par l’EACCE et officiellement reconnu par la Commission européenne, soit homologué en Russie. Deux démarches qui permettront la reconnaissance mutuelle des systèmes en vigueur dans les deux pays dans le domaine des contrôles et de l’inspection sanitaire, vétérinaire, phytosanitaire et de qualité, appliqués aux produits d’origine végétale, animale et de la pêche.


Déficit


AU terme des 11 premiers mois de 2010, le volume des exportations marocaines vers la Russie a atteint 1,2 milliard de DH, en hausse d’environ 6,87% par rapport à la même période de 2009. Quant aux importations en provenance de Russie, elles se sont élevées à près de 9 milliards de DH. Les échanges commerciaux maroco-russes ont donc généré un déficit de l’ordre de 7,8 milliards de DH en défaveur du Maroc. La situation est tout de même en amélioration par rapport aux années d’avant la crise économique internationale. En effet, le déficit avait atteint le niveau record de 14 milliards de DH en 2008. Les expéditions marocaines vers la Fédération de Russie sont essentiellement dominées par les agrumes. En 2009, elles ont atteint 918 millions de DH, nettement en baisse par rapport à l’année précédente, au terme de laquelle elles se sont établies à plus de 1,5 milliard de DH. Les agrumes sont suivis de ventes de farine et d’huile de poisson, dont la valeur a atteint 265 millions de DH à fin 2010. Crise économique oblige, tous les autres produits sont en baisse ou commencent à peine à connaître leur voie vers le marché russe. Quant aux exportations russes, elles sont principalement composées d’huile brute de pétrole, dont les importations au Maroc en 2009 ont atteint plus de 3,2 milliards de DH, suivie de la houille (897 millions de DH), du fer (873 millions de DH), du soufre brut (717 millions de DH).


Hassan EL ARIF