Société

«Avoir une malformation n’est pas une fatalité«
Entretien avec El Hassan Boukind, professeur en chirurgie plastique réparatrice et esthétique

Par | Edition N°:2350 Le 30/08/2006 | Partager

Beaucoup d’enfants naissent avec des malformations faciales, de la fente labiale ou palatine. Malgré l’absence de statistiques officielles, il s’agirait néanmoins d’une anomalie fréquente qui touche en moyenne environ 1/1.000 enfants marocains. Au Maroc, certains spécialistes opèrent gracieusement ceux qui sont dont le besoin à travers des mécénats. L’on compte à peu près 300 à 400 patients qui ont été opérés dans le cadre d’actions humanitaires. Le cas des opérations LG Hope où une centaine d’enfants ont été opérés. A travers le Royaume, ce sont 6 missions humanitaires qui se font, par an. Dans cet entretien, El Hassan Boukind, professeur en chirurgie plastique réparatrice et esthétique au centre national des brûlés et chirurgie plastique-CHU Ibn Rochd Casablanca, identifie les enjeux.. L’Economiste: Quel bilan faites-vous de l’action LG Hope?- El Hassan Boukind: C’est un bilan positif dans le sens qu’on peut joindre l’utile à l’agréable. Le principe de l’entraide suppose que certains opérateurs économiques s’investissent dans leur entourage. Une manière d’être socialement responsable. C’est ce que résume la notion d’entreprise citoyenne. L’opération LG Hope s’inscrit dans cette philosophie. Elle intervient dans le domaine de la santé pour soutenir les patients qui ne peuvent pas être pris en charge par l’AMO.. Combien d’opérations sont réalisées annuellement au Maroc y compris celles des humanitaires?- Au Maroc, l’on compte à peu près 300 à 400 patients qui ont été opérés dans des actions humanitaires. Et ce dans le cadre de la fente palatine. Statistiquement, ce sont 6 missions humanitaires qui se font, par an, à travers le Royaume. Plusieurs critères sont pris en compte dans le choix des malades à opérer telle la sécurité de l’intervention ou encore le poids et l’âge. Une fois dans un bloc opératoire, tout malade peut générer un risque que nous essayons de limiter à 0. . Combien coûte une pareille intervention?- Dans une clinique privée, le patient serait amené à payer 10.000 à 12.000 DH. Tandis que dans un hôpital public, il suffirait de disposer d’un certificat d’indigence, en plus de 200 DH et des fils. . A part les Coréens, avez-vous d’autres partenariats?- Pour LG Hope c’est surtout les Coréens. Nous participons aussi dans d’autres volets humanitaires à travers le monde. L’échange est ouvert. . Quels sont les facteurs qui causent les malformations de la fente labiale ou palatine? - Il s’agit de perturbations chromosomiques qui se traitent. C’est aussi une affection très fréquente, héréditaire et que nous ne connaissons pas. Sinon on l’aurait prévue. Elle est variable d’une région à une autre. L’Asie, les Philippines et le Vietnam enregistrent l’essentiel des cas. En Afrique noire c’est moins fréquent. . Quels sont les consignes à suivre dans ces cas?- Avoir une malformation n’est pas une fatalité. La maman, qui vient d’accoucher d’un bébé souffrant d’une fente labio-palatine ne doit pas paniquer, ni avoir honte. L’enfant doit être traité normalement. Il faut aussi consulter d’urgence un pédiatre. Malgré que les interventions ne peuvent se faire qu’à un certain âge en fonction du poids du bébé. Avec un suivi régulier, les séquelles disparaissent. Arrivé à l’âge adulte sans suivi -où la fente est à un stade avancé-, des conséquences graves enregistrées sur la croissance, la scolarisation, la situation familiale sont à redouter. Aussi, le traitement passe par étape. Car, plusieurs spécialistes interviennent dans la prise en charge du patient (chirurgien, orthodontiste, ORL, psychothérapeute, nourricerie…). Propos recueillis par F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc