Culture

«Aix-les-Bains est au cœur de l’histoire du Maroc«
Entretien avec Mohamed Mezzine, historien marocain et doyen de la Faculté des lettres de Fès

Par L'Economiste | Edition N°:2153 Le 17/11/2005 | Partager

Il y a 50 ans, les pourparlers franco-marocains se déroulaient dans la ville d’Aix-les-Bains et ouvraient le processus de négociations qui conduisit à l’indépendance du Maroc en 1956. Mohamed Mezzine revient sur la chronologie des étapes qui ont précédé l’Indépendance. Mezzine qui accompagne la délégation marocaine, animera ce samedi 19 novembre une conférence à Aix sous le thème: «Aix-les-Bains: une mémoire partagée».- L’Economiste: Comment expliquez-vous le choix de la ville d’Aix-les-Bains pour la négociation de l’indépendance?- Mohamed Mezzine: Les politiciens de l’époque avaient opté pour Aix-les-Bains parce qu’ils ne voulaient pas se réunir dans une grande capitale. Ils ne voulaient pas en effet faire de la rencontre d’Aix une rencontre officielle avec des séances plénières et des discussions directes entre les différents partis politiques qui ne s’entendaient pas entre eux. Il faut noter aussi qu’Aix était considérée comme un endroit de retraite et un lieu de repos pour les politiciens de l’époque. Un lieu qui offre un cadre agréable pour la discussion et la négociation des questions difficiles. C’est comme si on cherchait un endroit où on pouvait arriver à des solutions amicales. Des solutions qui sauvegarderaient l’honneur et l’amitié franco-marocaine. - Pourquoi toute cette discrétion?- La France voulait faire accéder le Maroc à l’indépendance malgré le refus des colons et des partis de droite. Elle a donc programmé plusieurs étapes pour atteindre l’objectif escompté d’une part et donner satisfaction aux nationalistes d’autre part. Une manière de calmer un peu la situation au Maroc qui était explosive surtout avec les manifestations et les révoltes, qui se déclenchaient à Oued Zem et un peu partout dans les autres petites villes.- Aix-les-Bains est liée au Maroc…- Aix-les-Bains est au cœur de l’histoire du Maroc. Pour les Marocains qui ont vécu cette époque, Aix a marqué une étape importante dans la fin du protectorat au Maroc. A cette époque, notre pays avait beaucoup de difficultés avec le protectorat. Il y avait aussi des difficultés politiques au niveau du gouvernement français pour régler l’affaire marocaine. Bien entendu, les demandes et les exigences des nationalistes et particulièrement du PI et PDI persistaient. La conférence d’Aix et la rencontre des deux parties: partie française avec le président du Conseil Edgar Faure, le ministre des Affaires étrangères, Antoine Pinay et la partie marocaine avec le Parti de l’Istiqlal, le Parti démocratique de l’Indépendance, a déclenché plusieurs rencontres positives. Des rencontres qui se sont déroulées du 21 au 27 août 1955. Le 2 mars 1956, la signature de l’Indépendance sera signée. Enfin, Aix a permis la remise en place d’une amitié entre la France et le Maroc.- Qu’est ce qui explique l’amitié franco-marocaine, malgré le protectorat?- L’amitié franco-marocaine est ancienne. Si on doit revenir en arrière, on citera François Ier qui était en relation avec El Mansour Dahbi au XVIe siècle. Il faut revenir aussi aux contacts légendaires entre Louis XIV et le Sultan Moulay Ismaïl. L’amitié franco-marocaine a continué pendant et après la Première et la Deuxième guerre mondiale. Ajoutons à cela que la conjoncture internationale a fait que les liens se sont resserrés même après l’Indépendance. On avait tous quelque chose à gagner à rester amis et à se soutenir.Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc