Economie

Forum France-Maroc: Une pluie d’investissements à Laâyoune

Par Nadia DREF | Edition N°:5387 Le 07/11/2018 | Partager
Une enveloppe de 49 milliards de DH dont 6 milliards viennent du privé
Un modèle de partenariat public-privé
Industrie chimique, EnR, BTP, agriculture, pêche, santé, formation… Les secteurs ciblés
forum_france-maroc_087.jpg

Le PDR s’appuie sur un large référentiel de donneurs d’ordre, où la région joue le rôle de catalyseur

Le Plan de développement régional (PDR) de Laâyoune-Sakia-El Hamra propulse la région au-devant de la scène. Investisseurs nationaux et étrangers ont les yeux rivés sur cette zone qui vise à devenir un hub africain vu ses potentialités et son emplacement stratégique. Le Forum France-Maroc a connu un grand engouement au chef-lieu des provinces du Sud.

Plusieurs investisseurs de l’Hexagone ont manifesté leur intérêt d’investir dans ces territoires à fort potentiel de développement. Le PDR prévoit à l’horizon 2022  des investissements de l’ordre de 49 milliards de DH dont 6 milliards à drainer auprès du secteur privé. Cette enveloppe est ventilée comme suit: 43,6 milliards de DH prévus par le contrat-programme royal, 4,4 milliards financés par des projets complémentaires du PDR et 1,3 milliard via les conventions spécifiques.

Ces investissements ciblent plusieurs projets structurants: pôle industrie chimique, pôle énergies renouvelables, mobilité, pôle santé, mise à niveau urbaine et rurale, pôle universitaire, formation professionnelle. S’y ajoutent aquaculture, équipements hydriques, zones industrielles et logistiques, mise à niveau urbaine et rurale.

■ OCP/Phosboucraâ: 16,8 milliards de DH d’investissements
Côté industrie chimique, Phosboucraâ devra investir 16,8 milliards de DH à l’horizon 2022 dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra. Il s’agira de développer une plateforme de production d’engrais d’une capacité de 1,2 million de tonnes par an. L’enveloppe allouée s’élève à 8,3 milliards, accaparant la moitié du budget annoncé par le phosphatier pour la région. OCP Group lancera également la construction d’un nouveau port phosphatier (wharf) au sud de celui déjà existant depuis 1968 à Laâyoune. Cette plateforme vise à répondre spécialement au besoin d’exportation du phosphate de Boucraâ, d’où il est acheminé par convoyeurs. Ce qui permettrait de booster le trafic commercial. L’investissement annoncé s’élève à 4,2 milliards de DH. S’y ajoutent une unité de traitement qui nécessitera 3,1 milliards de DH et des équipements d’extraction minière de l’ordre de 1,2 milliard de DH.

■ Ministère de l’Equipement/Mobilité: 5,5 milliards de DH
Dans le cadre du PDR, le ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau prévoit la réalisation de la voie express Goulmim-Laâyoune (tronçon région: 655/1.055 km). L’investissement annoncé est de l’ordre de 4,6 milliards de DH. Ce chantier fait partie d’un projet global d’aménagement de la route nationale reliant Tiznit à Dakhla qui s’inscrit dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud. Un programme qui vise à doter les provinces d’un axe routier aux normes internationales et d’un haut niveau de sécurité. Cette voie express a pour objectifs de réduire la durée des déplacements, éviter les coupures de routes suite aux inondations et à l’ensablement, baisser les charges d’exploitation des véhicules et améliorer les services de logistique au profit des voyageurs et des transporteurs de marchandises.
Le Conseil de la région s’est également engagé à réaliser 402 km de routes nationales (340 millions de DH), un réseau routier tripôle Laâyoune-El Marsa-Foum El Oued (300 millions de DH), des aménagements aéroportuaires (150 millions de DH) ainsi que des projets de désenclavement rural (150 millions de DH).  

■ Masen/EnR: 10,5 milliards de DH
La région vise également à devenir un pôle incontournable en matière d’énergies renouvelables à travers le développement de projets éoliens et solaires. Masen en tant que chef de file de la stratégie nationale prévoit d’investir 10,5 milliards de DH à l’horizon 2022. L’agence lancera de nouveaux parcs éoliens d’une capacité de 400 MW. L’investissement annoncé est de 7,2 milliards de DH. Masen prévoit également l’extension du parc Akhfennir en injectant une capacité additionnelle de 100 MW. Le budget s’élève à 1,7 milliard de DH. Le solaire n’est pas en reste. L’agence, chapeautée par Mustapha Bakkoury, installera de nouveaux parcs photovoltaïques d’une capacité de 105 MW. Ces équipements nécessiteront une enveloppe de 1,7 milliard de DH.

■ Mise à niveau urbaine: 4,6 milliards de DH
En matière de mise à niveau urbaine, ce sont les collectivités territoriales et l’ONEE qui sont les maîtres d’ouvrage. Au total, 4,6 milliards de DH d’investissements sont prévus pour des projets de voirie, d’aménagement de places, d’espaces verts, de construction de services communaux, socio-sportifs et culturels. Pour Laâyoune, Es-Smara et Boujdour, l’enveloppe s’élève à 2,9 milliards de DH dont le programme d’assainissement de Laâyoune comprenant une Step (850 millions de DH)
Les travaux de raccordement d’eau, d’assainissement et la réalisation de Step à Tarfaya, Es-Smara et Foum El Oued nécessiteront un investissement de 1,6 milliard de DH. Pour ce qui est de l’électrification en small grids aux VDP (valorisation des produits de la pêche) et éclairage public en énergie propre, 100 millions de DH seront injectés.

■ Agriculture & pêche: 2,3 milliards de DH
Le ministère de l’Agriculture s’est engagé sur un programme de développement de 2,3 milliards de DH pour la région Laâyoune-Sakia El Hamra. Les investissements prévus, à l’horizon 2022, sont ventilés comme suit: 1 milliard de DH pour la valorisation de la production animale (viande rouge, lait, camelin), 400 millions de DH pour l’aménagement des villages de pêche, 400 millions de DH pour le périmètre irrigué Jrifia, 300 millions de DH pour l’aquaculture et enfin 200 millions de DH pour la mise en place de centres techniques et plateformes de valorisation.

■ Santé: 1,6 milliard de DH
Le ministère de la Santé intervient également à travers un investissement de  1,6 milliard de DH dans la rénovation et la construction de nouvelles installations hospitalières, à l’horizon 2022. Le département de tutelle compte dédier 1,2 milliard de DH à la mise en place d’un CHU à Laâyoune et 100 millions de DH pour le réaménagement et la réhabilitation d’unités hospitalières déjà existantes.  Le ministère construira également un hôpital provincial à Tarfaya (100 millions de DH). La tutelle mettra en place des services de santé (héli-Smur, Samu, laboratoire, unités mobiles). Ce projet est doté d’une enveloppe qui s’élève à 200 millions de DH.

■ Formation professionnelle et entrepreneuriat: 1,7 milliard de DH
La région mise également sur la formation et l’entrepreneuriat pour améliorer l’employabilité des jeunes. Le PDR vise la création de 25.000 emplois en 2022 et 37.500 postes en 2025. Conseil régional, OFPPT, ministères du Tourisme, de l’Emploi, de l’Energie… Autant d’intervenants pour améliorer et augmenter l’offre de formation. Les investissements prévus s’élèvent à 1,7 milliard de DH qui seront dédiés à la mise en place d’un pôle universitaire scientifique (1 milliard de DH), des centres de formation professionnelle (450 millions de DH dont 80% financés par la région) ainsi qu’un institut spécialisé de technologie appliquée, EnR et qualifications agricoles (100 millions de DH). Quant à l’entrepreneuriat social, l’investissement prévu est de l’ordre de 200 millions de DH.

Nadia DREF

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc