Analyse

Une nouvelle vie pour la médina de Tétouan

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5378 Le 24/10/2018 | Partager
Un programme de 350 millions de DH
Pour rendre son lustre à ce joyau inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco
medina_de_tetouan_078.jpg

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, la médina de Tétouan est un exemple à part entière de l’architecture maroco-andalouse avec une forte touche mauresque (Ph. Linda Stasikova, gruzphoto.eu)

La médina de Tétouan poursuit sa remise à niveau. Un programme de réhabilitation a été annoncé lundi, en présence du Roi lors d’une cérémonie à Marrakech dans la foulée de ceux des médinas de Salé, Meknès et Essaouira.

Le projet annoncé, qui se veut complémentaire des programmes déjà lancés par le passé, dispose d’une enveloppe budgétaire de 350 millions de DH. Il a pour principal objectif d’ériger cette médina en levier de développement des activités économiques et touristiques. Un autre objectif est celui d’aider à la sédentarisation de sa population et par là, de stimuler une dynamique sociale propre à lui redonner vie.

A Tétouan, le projet permettra de développer, entre autres, le tourisme culturel. Une des retombées sera le rallongement de la saison touristique dans la ville qui se trouve limitée aux mois de juillet et d’août et de s’adapter aux nouveaux profils de touristes, ceux venant d’Asie. En effet, la ville de Tétouan connaît un fort engouement de la part des touristes chinois qui, avant tout, cherchent à découvrir la ville et son histoire plus que ses plages.

La ville pourra de la sorte arriver à capitaliser sur son héritage, riche et millénaire.  A noter que la médina de Tétouan est le résultat d’une fusion de différentes cultures autochtone, ottomane, européenne et andalouse, cette dernière est la plus présente.

La médina dispose d’un important legs culturel avec une histoire qui se remonte à la préhistoire. Elle est le siège de plusieurs activités artisanales dont la dinanderie, la teinture et la maroquinerie, des métiers aujourd’hui en voie de disparition. Elle est aussi l’une des rares à disposer d’une tannerie ou «Dar Dbagh», un véritable attrait pour les visiteurs de la ville.

La médina de Tétouan s’étend sur une superficie de 50 hectares. Elle est entourée d’une muraille de 5 km de long avec des tronçons dépassant le mètre de large. La richesse de son architecture a encouragé son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco en 1997, une première étape pour le lancement de plusieurs programmes de réaménagement et de préservation.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc