Régions

Meknès célèbre le cheval arabe-barbe

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5356 Le 24/09/2018 | Partager
Plus de 130 éleveurs au concours interrégional de la Sorec
Objectif: positionner la race comme «le cheval du Maroc»
cheval_arabe-barbe_056.jpg

Issu d’un croisement entre le pur-sang arabe et le barbe, le Cheval arabe-barbe est le cheval de selle par excellence au Maroc, particulièrement convoité par les cavaliers de Tbourida. Le concours de Meknès est une occasion annuelle pour élire les meilleurs chevaux de cette race (Ph YSA)

Plusieurs éleveurs de la filière équine se sont donné rendez-vous, mardi dernier, au haras national de Meknès. Ils sont venus de différentes régions pour concourir à la compétition interrégionale d'élevage du cheval arabe-barbe. Au total, 134 éleveurs ont inscrit leurs meilleurs chevaux à ce concours considéré comme la dernière étape de qualification aux championnats des chevaux arabes-barbes qui auront lieu le 29 et 30 septembre, au haras national d’El Jadida.

Initié par la Société Royale d’encouragement du cheval (Sorec)(1) , le concours interrégional de Meknès est désormais un rendez-vous annuel incontournable d’échange entre acteurs de la filière et passionnés de chevaux barbes. «Cette édition a connu la participation de quelque 180 chevaux issus des villes de Fès, Meknès, Ifrane, Khénifra, Guercif, Oued Amlil et Jerada», indique Ameur Faiq, directeur du haras national de Meknès.

A l’issue d’une journée de compétitions, des prix et des trophées sont remis aux meilleurs éleveurs afin de les encourager à améliorer la race chevaline. Parmi les chevaux primés figurent les poulinières suitées et non suitées de 4 à 8 ans et de 9 ans et plus, les poulains et pouliches de 3 et de 2 ans, les étalons approuvés âgés de 4 à 8 ans et de 9 ans et plus, ainsi que les yearlings mâles et yearlings femelles.

A noter que les chevaux ou juments primés cette année ne sont pas autorisés à concourir durant les prochaines éditions. Ainsi, leurs éleveurs sont appelés à valoriser et promouvoir d’autres «compétiteurs» de la race arabe-barbe, les mettre en valeur et identifier les reproducteurs. C’est l’un des objectifs phares de cette compétition qui vise à sensibiliser les éleveurs aux meilleures pratiques de l’élevage.

cheval-barbe-056.jpg

A ce titre, la Sorec mène une politique dynamique qui consacre à la race barbe une place de choix et la positionne comme «le cheval du Maroc». Afin de sauvegarder et améliorer génétiquement les races Barbe et arabe-barbe, la Sorec, à travers les haras nationaux, accompagne les éleveurs, encadre la reproduction équine et promeut les utilisations du cheval.

Race emblématique du Maroc, le barbe est une race chevaline très ancienne originaire d’Afrique du Nord. Fort et énergique, ce cheval est idéal pour les activités sportives modernes, tels que l’apprentissage de l’équitation, l’art équestre, l’endurance, les randonnées équestres et touristiques. Le cheptel des chevaux barbes au Maroc s’est fortement développé lors des 5 dernières années.

----------------------------------------------------------------------

(1) Créée en 2003, la SOREC est une entreprise publique sous tutelle du ministère de l’Agriculture.  Elle met en œuvre depuis 2011 la Stratégie Nationale de la Filière Equine, qui a pour objectifs de faire du Maroc un véritable pays du cheval et de la filière équine un moteur de développement économique, social et culturel.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc