Entreprises

Auto-entrepreneur: Le statut sera connecté aux écosystèmes

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5271 Le 14/05/2018 | Partager
L’identification des opportunités d’affaires sera lancée dans les régions
61.500 «petits» patrons sur un potentiel de 4,2 millions
auto-entreprneurs_071.jpg

Sur 59.060 auto-entrepreneurs inscrits, 9.999 ont déposé 22.745 déclarations pour un montant d’IR versé de 1,63 million de DH

L’engouement pour l’auto-entrepreneuriat prend, mais doucement. Le statut de l’auto-entrepreneur lancé en 2015 a attiré 61.500 «petits» patrons. Il s’agit là du nombre d’inscrits au registre national de l’auto-entrepreneur à fin février 2018. La population potentielle est estimée à 4,2 millions de personnes. La marge de recrutement reste donc très importante.

La feuille de route présentée en octobre 2017 au Comité national de l’auto-entrepreneur cible 150.000 personnes à fin 2019. Un challenge puisqu’il est question de multiplier les inscriptions par  deux fois et demie.

Maroc PME vient de lancer un appel d’offres pour «l’appui au développement de l’écosystème entrepreneurial des auto-entrepreneurs». Les régions ciblées par ce programme sont  l’Oriental, le Souss-Massa, le Drâa-Tafilelt et Rabat-Salé-Kénitra. Ce qui nécessite notamment l’identification des opportunités d’affaires dans chaque région. 

Maroc PME cherche aussi à mettre en place des dispositifs d’accompagnement par segment d’auto-entrepreneurs tout en créant des liens avec les écosystèmes industriels. S’y ajoutent l’appui à la promotion digitale du statut d’auto-entrepreneur ainsi que la constitution d’un réseau de conseillers.

Mis en place en 2015, le statut d’auto-entrepreneur se caractérise par sa souplesse. L’adhésion est simplifiée au maximum puisqu’il suffit de s’inscrire sur la plateforme (http://ae.gov.ma/). Les réseaux de Barid Al Maghrib et des banques sont mis à contribution assurant ainsi plus de proximité.

Ce statut s’adresse à toute personne physique qui exerce, à titre individuel, une activité commerciale, industrielle, artisanale ou une prestation de services. Elle bénéficie de l’exonération de la TVA et d’un taux réduit de l’impôt sur le résultat: 1% du chiffre d’affaires pour les activités industrielles, commerciales et artisanales  dans la limite de 500.000 DH encaissés et 2% pour les prestations de services à condition que le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 200.000 DH.

En 2017, 9.999 auto-entrepreneurs ont déposé 22.745 déclarations pour un montant d’IR versé de 1,6 million de DH.

Ceci étant, les auto-entrepreneurs ne réalisant aucun chiffre d’affaires pendant une année ne paient pas d’impôt, ceux dépassant les plafonds fixés par la réglementation ne sont plus éligibles à ce statut et doivent procéder à une demande de radiation pour passer au régime de droit commun.

Le statut d’auto-entrepreneur permet aussi de bénéficier d’une couverture sociale, mais pour cela, il faudra attendre la publication des arrêtés liés à la loi sur la couverture médicale et la retraite des indépendants.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc