Entreprises

Abdelmounaim Faouzi: «Savoir démarrer une carrière et la poursuivre ailleurs»

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5258 Le 24/04/2018 | Partager
Aujourd'hui, il est impératif de se reconvertir pour s'adapter à la demande
Web4jobs privilégie les «poches de précarité» dessinées par le HCP
Formation, apprentissage de soft skills, plongée en entreprise,... les axes de travail
abdelmounaim_faouzi_058.jpg

Abdelmounaim Faouzi, fondateur de Web4jobs, et récemment DG de Capital Consulting, cumule 20 ans de carrière dans le conseil

- L’Economiste: Pourquoi ce projet?

- Abdelmounaim Faouzi: J’ai passé 20 ans à faire du conseil, et j’ai été très proche de cette problématique de déphasage entre les besoins de l’entreprise et ce que propose l’enseignement. Nous devons comprendre et intégrer qu’il est parfois nécessaire de se reconvertir pour s’adapter à la demande des employeurs. Savoir démarrer une carrière quelque part et la poursuivre ailleurs. Je voulais surtout apporter des solutions concrètes pour les territoires. Vraiment concrètes.

- Après cette 1re promotion à Marrakech, quelle est la suite?
- Il s’agit d’un projet itinérant. Nous avons choisi de privilégier les «poches de précarité» où il est difficile de trouver un emploi. Les données du HCP les dessinent parfaitement. Il nous suffit donc, suivant les besoins, de dépêcher l’un de nos formateurs, d’équiper la salle mise à disposition par la région, et la classe est montée. Une solution très flexible et très agile. Si l’acquisition des connaissances est localisée à proximité des lieux de vie de ces diplômés en recherche d’emploi, l’objectif est aussi de leur démontrer que leurs nouvelles compétences répondent aux besoins d’un marché mondial. Pour autant, les jeunes ne trouvent pas toujours de solutions à la mobilité. Ce qui est particulièrement vrai pour les filles.

- La méthode va au-delà de l’enseignement du codage?
- Nous injectons aussi des soft skills, de plus en plus valorisées par les recruteurs, et organisons des rencontres avec ceux qui ont des expériences de carrières et de trajectoires qui peuvent dynamiser leur motivation. Le rôle du formateur est avant tout de les mettre dans le bain de l’entreprise, un milieu qu’il connaît bien. Les cours théoriques doivent être acquis par le e-learning. C’est un bon moyen pour obliger ces jeunes à se prendre en charge, à apprendre par eux-mêmes. Des qualités qui leur seront très utiles toute leur vie.

Propos recueillis par Stéphanie JACOB

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc