Analyse

Comment Dakhla attire ses investisseurs

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5254 Le 18/04/2018 | Partager
Mesures fiscales alléchantes, taux préférentiels, exonérations...
Des contrats particuliers peuvent être conclus avec l'Etat
Garantie de transfert pour les investissements en devises
dakhla-investissment-054.jpg

Tapis rouge pour les investisseurs dans les provinces du Sud. Mais le décollage économique indéniable que connaît la région, avec ses secteurs phares tourisme et pêche, pose également des défis: celui de l'accompagnement de cette dynamique afin de pérenniser les investissements (Ph. SB)

Afin de créer une dynamique économique dans la région de Dakhla-Oued-Dahab, des mesures fiscales ont été mises en place pour encourager les investisseurs aussi bien pour la création d’entreprises que pendant l’exploitation de leurs projets.

Droits d’enregistrement, droits de douane, TVA, taxe urbaine, impôts des patentes, Participation à la solidarité nationale (PSN), IS et IGR, toutes ces taxes, entre autres, bénéficient soit d’une exonération totale, soit d’un taux préférentiel. Les entreprises ayant un programme d’investissement qui répond à certains critères relatifs au montant de l’investissement, le nombre d’emplois stables à créer, le transfert de technologie et la contribution à la protection de l’environnement, peuvent conclure des contrats particuliers avec l’Etat.

Ceux-ci leur permettent de bénéficier d’une exonération partielle sur les dépenses d’acquisition du terrain, des dépenses d’infrastructures hors site et des frais de la formation professionnelle. En outre, les entreprises ont la possibilité de constituer une provision annuelle pour investissement qui peut atteindre 20% du bénéfice fiscal avant imposition et doit représenter au maximum 30% de l’investissement projeté en biens d’équipement, matériel et outillage.

Pour les investissements en devises (étrangers ou MRE), il y a la garantie de transfert des capitaux investis et des plus-values.

mer-plage-dakhla-054.jpg

L’industrie de la pêche dans la région concentre 1,25 milliard de DH. Actuellement, une quinzaines de projets aquacoles existent, mais se concentrent essentiellement dans la baie de Dakhla, sur les sites de Boutalha et Duna Blanca. L’activité se base sur la conchyliculture, en particulier pour l’élevage des huîtres (Ph. SB)

Rien de tel pour attirer un maximum d'investissement dans la région, particulièrement à Dakhla qui, hormis le tourisme et la pêche, secteurs de prédilection, mise aussi sur les services. C'est la tendance qui se dégage des investissements consentis en 2017, avec une augmentation de 275% par rapport à l’année précédente. Dans le détail, ce sont 394 projets qui ont été approuvés pour un montant de plus de 6 milliards de DH.

Une manne financière qui devait permettre la création de 13.142 emplois! Sans surprise, la plus grosse part émane du tourisme qui accapare ainsi 37% du montant d’investissement global avec 2,19 milliards de DH. Il est talonné par l’industrie de la pêche et les services divers avec respectivement des investissements de l'ordre 1,25 milliard et 1,04 milliard de DH (21% et 17% du montant global). Le BTP, l’élevage et l’agriculture et l’agroalimentaire suivent avec 14%, 10%  et 1%.

L’analyse sectorielle du nombre d’emplois prévu durant l’année 2017 montre que l’industrie de la pêche est le secteur le plus créateur de postes d’emploi avec un pourcentage de 27%, suivi par le secteur du tourisme avec 26% et le secteur de services divers avec 24%. L’année 2018 promet ainsi d’enregistrer un décollage économique notable avec la concrétisation de ces projets.

Autre indicateur révélateur de la dynamique que connaît la région de Dakhla, la création d’entreprises. En effet, durant l’exercice 2017, le guichet d’aide à la création d’entreprises du Centre régional d’investissement de Dakhla a enregistré la création de 984 entreprises, avec le secteur du commerce (49%), des services (22%) et du tourisme en tête, avec respectivement 479, 219 et 108 unités.

Une croissance accompagnée d'un investissement 638,55 millions de DH et la création de 3.759 emplois. Les secteurs du tourisme, du bâtiment et travaux publics, de l’agriculture et pêche et de l’agroalimentaire, ont constitué respectivement  11%, 8,7 % et 2% du total des entreprises créées. La nature juridique des entreprises reste dominée par la SARL.

dakhla_investissment_054.jpg

Les résultats enregistrés au niveau du CRI en 2017 montrent une augmentation du montant d’investissement  de 275% par rapport à l'année précédente. Le secteur touristique est celui qui attire le plus les investisseurs, mais l’industrie de la pêche reste le meilleur employeur de la région

La répartition sectorielle des entreprises commerciales illustre la prédominance du secteur du commerce (49%), suivi de celui des services (22%). En outre, ce sont quelque 590 certificats négatifs qui ont été délivrés par le CRI de Dakhla.

Par secteur d’activité, la répartition des intentions de création des sociétés commerciales montre la prédominance du secteur des services avec un taux de 37%, suivi de celui du commerce avec 20%. Les autres secteurs sont l’agriculture et la pêche avec 18%, le bâtiment et travaux publics avec 13%, 11% pour le tourisme et enfin 1% pour le secteur industriel.

Cette accélération des investissements témoigne de l’importance des secteurs du tourisme, l’industrie de pêche et les services divers au niveau de la région. Mais indique également et surtout l’impératif d’accompagner cette dynamique avec des projets structurants pour maintenir la cadence et pérenniser ces investissements.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc