International

La machine Facebook sur la sellette

Par Omar KETTANI | Edition N°:5235 Le 22/03/2018 | Partager
Polémique autour de l'usage frauduleux de données personnelles
Un cabinet d'audit mandaté pour mener une enquête
facebook_scandale.jpg
Les Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon) sont accusés de ne pas assez protéger les données personnelles de leurs utilisateurs, qui sont la base de leur modèle économique (Ph. Gafa)

Décidément, les scandales sur le réseau social Facebook ne cessent de se multiplier. Le dernier en date concerne l’utilisation frauduleuse des données personnelles de ses utilisateurs par une entreprise spécialisée dans la communication stratégique, liée à la candidature de Trump.
Selon plusieurs médias, dont The New York Times et le journal britannique The Observer, Cambridge Analytica a récupéré, sans leur consentement, les données de 50 millions d'utilisateurs pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d'influencer le vote des électeurs américains. Les données auraient été récupérées via une application de tests psychologiques téléchargée par 270.000 utilisateurs du réseau social et développée notamment par le psychologue russe Aleksandr Kogan qui, selon Facebook, les a ensuite fournies indûment à Cambridge Analytica.
Conséquence: l’action en Bourse de Facebook s’est retrouvée en chute libre, perdant plus de 6,8% de sa valeur à Wall Street. 
Au sujet des accusations portées à l’encontre de Cambridge Analytica dans cette affaire, l’entreprise a rejeté en bloc tout lien avec la campagne de Donald Trump. «Ces données Facebook n'ont pas été utilisées dans le cadre des services fournis à la campagne présidentielle de Donald Trump et aucune publicité ciblée n'a été réalisée pour ce client», affirme la société britannique. Quant au géant de la Silicon Valley, il précise que cette fuite de données personnelles a pu se produire via une application de tests psychologiques téléchargée par plus de 270.000 utilisateurs. 
Pour parer à cette situation, Facebook a pris des mesures fermes. L’entreprise américaine a supprimé le compte et a recruté un cabinet d’audit pour mener une enquête. Les réactions ne se sont pas fait attendre. Le régulateur anglais des données personnelles a demandé à la firme californienne de suspendre son enquête et ce, afin de ne pas entraver celle qu’il a entreprise.
De nombreuses personnalités politiques ont réagi à la lumière de cette affaire. Parmi elles, la sénatrice américaine Amy Klobuchar qui considère que  «ces plateformes (technologiques) ne peuvent se réguler elles-mêmes». De nombreux scientifiques interrogés sur cette affaire mettent en avant de nombreuses causes. Pour la spécialiste en réseaux sociaux Jennifer Grygiel, «le scandale témoigne de la légèreté des réglementations en vigueur». Quant à l’analyste Brian Wieser, il relève «des problèmes systémiques chez Facebook». 
Dans ce contexte précis, les géants du numérique devront renforcer leur sécurité et faire participer activement les utilisateurs dans leur démarche préventive.
Ces événements démontrent combien les réseaux sociaux sont vulnérables. Les Gafa vont bientôt devoir composer avec les nouvelles lois sur les données privées, comme le règlement européen général sur la protection des données. Les groupes technologiques vont devoir demander beaucoup plus d'autorisations à leurs utilisateurs pour l’exploitation de données. Ce qui pourrait avoir un énorme impact sur le modèle économique des Gafa.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc