Entreprises

Métiers de demain: Qu’en pensent d’abord les populations

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5207 Le 12/02/2018 | Partager
laurence_bedeau_007.jpg

Pour Laurence Bedeau, directrice associée du cabinet Elabe, le message le plus important dégagé de cette enquête est la conviction des interrogés des 28 pays que leur destin est étroitement lié aux choix d’aujourd’hui (Ph. Elabe)

Pour mieux appréhender les enjeux futurs du développement durable, il faut connaître l’avis des populations. Une enquête a été menée, dans ce sens, par le cabinet Elabe pour le compte de Veolia. Elle a concerné 14.000 personnes dans 28 pays, parmi eux le Maroc.

La rencontre du Press Day était une occasion pour présenter les principaux résultats de ce travail. Selon cette enquête, les enjeux les plus fréquemment cités dans ces 28 pays sont: le développement des énergies renouvelables, la qualité de l’air, l’accès à une alimentation en quantité suffisante et de bonne qualité pour la santé et la qualité de l’eau.

- L’Economiste: Quelles sont les principales conclusions que l’on peut retenir des résultats de cette enquête sur l’avis des populations?
- Laurence Bedeau:
L’un des premiers enseignements à retenir de ce travail est le sentiment d’interdépendance constaté entre les 28 pays concernés par cette enquête. En effet, nous avons entre 84% et 98% des personnes interrogées dans chacun de ces pays ciblés qui affichent leur conviction que leur destin est étroitement lié par les choix que nous faisons aujourd’hui en matière d’alimentation, d’énergie et de lutte contre les pollutions. Mais ce qui est intéressant dans ces résultats, c’est que les personnes interrogées en Chine et en Inde, considérées comme les plus importants sur le plan démographique, sont aussi convaincues de ce destin commun.
En général, sur les 28 pays, parmi ce qui s’impose en termes d’urgence et d’attente figure le développement des énergies renouvelables. Ensuite arrive la lutte contre les pollutions particulièrement celle de l’air.
     
- Qu’en est-il pour le Maroc?
- Nous avons aujourd’hui au Maroc un diagnostic d’un environnement dégradé. Les personnes interrogées soulèvent une véritable carence notamment dans la gestion des déchets. Elles pointent aussi du doigt l’accès à l’assainissement et la fragilité de la qualité environnementale des sols et de l’eau.
Par contre, nous dégageons un bilan positif en termes d’accès à l’énergie même avec un besoin pour développer davantage des énergies renouvelables. Sur le volet alimentation, nous avon un accès en quantité jugé correct mais avec un gros point de vigilance sur la qualité de l’alimentation pour la santé.

- Quels sont les aspects les plus urgents pour les Marocains?
- Le volet alimentation se trouve en tête des priorités des Marocains interrogés devant le défi énergétique et celui concernant l’environnement. Signalons par ailleurs que les Marocains restent réservés en ce qui concerne la capacité du pays à relever ces trois défis. Une majorité fait le choix de l’espoir, mais qui reste petite par rapport à d’autres pays.
En terme de probabilité de mise en place à grande échelle des différentes solutions qui ont été testées, une majorité juge probable le développement à grande échelle des énergies renouvelables et également la valorisation énergétique des déchets. En revanche, les Marocains interrogés ont plus de difficulté à se projeter sur un certain nombre de solutions comme l’agriculture urbaine ou la captation du CO2.
Propos recueillis par Noureddine EL AISSI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc