Economie

Salon Fruit Logistica: Le Maroc à la conquête du marché allemand

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5206 Le 09/02/2018 | Partager
C’est le premier importateur mondial d’oranges et 2e de petits fruits
L’Allemagne importe 850.000 t/an d'agrumes, 2.000 t à peine du Maroc
Un bel avenir se profile pour les fruits rouges et exotiques

C’est la fête des couleurs et des arômes au Salon Fruit Logistica 2018 de Berlin où le Maroc fait bonne figure avec un pavillon s’étendant sur une superficie de 1.032 m2. Et qui met en valeur l’offre marocaine exportable: agrumes, primeurs, fruits rouges, avocat, pommes, grenadines, fruits exotiques, herbes aromatiques… Face à une concurrence mondiale accrue, le Maroc met les petits plats dans les grands pour séduire les papilles et conquérir de nouveaux marchés bienvenus.

Notamment le marché allemand qui offre des potentialités énormes quoiqu’il reste monopolisé à 80% par l’offre espagnole! L’Allemagne est en effet le premier importateur mondial d’oranges et 2e de petits fruits. 850.000 tonnes d’agrumes sont importés annuellement et, sur ce chiffre, à peine 2.000 tonnes proviennent du Maroc, selon une étude réalisée par Maroc Citrus en 2017. 

En matière de distribution, 90% des fruits et légumes sont commercialisés en Allemagne par les GMS. Sachant que le consommateur allemand a une nette préférence pour les emballages en filets, le Maroc devrait ainsi adapter son outil de conditionnement à cette exigence pour mieux se positionner sur ce marché porteur. Les professionnels de fruits et légumes estiment qu’il s’agit d’un vrai partenariat commercial win-win et durable étant donné que l’Allemagne est un pays non producteur.

Fruit Logistica, auquel les professionnels nationaux participent pour la 17e fois consécutive, est un véritable vivier d'opportunités: 2.800 exposants représentants près de 80 pays et plus de 70.000 visiteurs issus de 130 pays. Inauguré par Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, le pavillon national concentre une quarantaine de producteurs-exportateurs et d'associations professionnelles.

Dont les Domaines Export, Copag Export, les Domaines Brahim Zniber, SKS, Delassus, Clémentina, Lymouna Matysha, Agrupa Marca, Citrus Farm Export, Holmar Fruit, GPC Carton, Fresh Fruit, Agrumar Souss, Cap Agro… Et aussi, Apefel, Fifel, Maroc Citrus… ou encore l’AMPFR et l’AMCEF.

«Nous avons d’excellents produits avec une gamme diversifiée, l’objectif aujourd’hui est d’élargir le portefeuille marchés», a déclaré le ministre qui, dans ce sens, a tenu des réunions B to B avec les quatre plus importants groupes au monde, spécialisés dans l’exportation des produits agricoles. Un seul indicateur: leur chiffre d’affaires oscille entre 25 et 50 milliards de dollars...

«Nous sommes en train de tisser des liens avec ces importateurs afin de les inciter à s’intéresser au produit national qui les séduit déjà par sa qualité», a ajouté Akhannouch qui insiste sur l’importance du volet de la logistique afin d'assurer que le produit marocain arrive plus rapidement à sa destination finale. Pour rappel, à elle seule, la filière des agrumes permet de rapatrier au pays l’équivalent de 4 milliards de DH en devises par an et ce, malgré les difficultés que traverse le secteur (stress hydrique, vieillissement des plantations dont l’âge dépasse 40 ans…).

Ainsi, la part de la récolte exportée n’excède pas 25%. «Sur 2,3 millions de tonnes produits, seules près de 650.000 tonnes d’agrumes ont été exportées durant la campagne 2016/2017», précise Hassan Zouhry, directeur général de Maroc Citrus. «Le reste est vendu à des prix faibles sur le marché local qui ne peut pas tout absorber», a-t-il ajouté. L'objectif  aujourd’hui est de développer une stratégie de l’export pour augmenter les parts de marché.

L’Egypte a réussi ce challenge et a largement dépassé le Maroc. L'Espagne n'est pas devenue championne avec un coup de baguette magique, non plus. L’étude sur le développement des exportations, réalisée en 2017 par Maroc Citrus sur certains marchés européens, a révélé qu’une fois arrivé à destination, le produit espagnol est plus compétitif d'un dirham par rapport au produit marocain. En fait, il gagne sur la logistique et le transport.

Pour que les deux produits puissent être à pied d’égalité, l’Etat devrait subventionner à hauteur d’un dirham le kilo, estiment certains professionnels. Malgré tout, les agrumes marocains appréciés pour leur qualité gustative s’imposent et ont de bonnes perspectives pour conquérir plus de marchés internationaux en plus de ceux de l’Asie et de l’Afrique.

Pour rappel, le Maroc participe à la 26e édition du Salon Fruit Logistica dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie plan Maroc Vert, volet développement des exportations agroalimentaires. Cette participation est pilotée par l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE) sous l’égide du ministère de tutelle. Durant la tenue de Fruit Logistica, le pavillon Maroc a été agrémenté par des animations, dégustations et shows gastronomiques pour faire découvrir la cuisine nationale. Et toucher directement le consommateur final.

«L'exotisme», un pari gagnant

salons_fruits_logistica_006.jpg

Les fruits rouges (fraise, framboise, myrtille et mûrier) sont présents en force au Salon Fruit Logistica. Cette culture récente et moderne, à haute valeur ajoutée, génératrice d’emploi, offre des possibilités importantes à l’export. Et approvisionne de même le marché local de ces  nouveaux produits. La superficie actuelle des fruits rouges est de 7.100 hectares. Le chiffre d’affaires est d’environ 3,4 milliards de DH et l’emploi agricole généré est de 4,5 millions de journées de travail dans les exploitations agricoles (3 millions) et les unités de conditionnement (1,5 million) soit 20.000 emplois permanents pour neuf mois. «L’exportation actuelle des fruits rouges est de 103.00 t et devrait connaître un accroissement rapide à cours terme pour la framboise et la myrtille et à long terme pour les mûres et les baies de goji, nouvellement introduites», explique Abdeslam Acharki, directeur de l’AMCEF et de l’AMPFR. Les fruits rouges marocains sont exportés dans 40 pays à travers le monde, principalement l'UE. Les producteurs se sont penchés aujourd'hui sur des nouveautés exotiques qui disposent aussi d'un fort potentiel à l'export. Il s'agit principalement de kiwano, pepino, physalis, maracuja, pitaya, papaya... Ces fruits sont produits par la Société Tiwiza dans la Région du Souss Massa au climat doux et ensoleillé.

L'EACCe innove

■ Food from Morocco
L’EACCE innove dans le volet digital avec un nouveau site www.foodfrommorocco.ma. Il s’agit d’un annuaire qui regroupe l’ensemble des exportateurs de produits alimentaires agricoles et halieutiques du Maroc, par produit,  marchés, marques, destinations…
■ Salon virtuel  
L’EACCE a mis en place un salon virtuel dédié aux produits alimentaires permanent qui reproduit tous les avantages d’un salon physique. Les opérateurs mondiaux peuvent y accéder et entrer en contact avec les professionnels marocains du secteur. Une plateforme de chat instantanée leur permettant de maintenir le contact en temps réel.
■ Nouvelle charte graphique
Le Maroc a adopté une nouvelle charte graphique lui permettant d’unifier son image et identité visuelle. La signature qui a été retenue fait référence aux traditions et à la riche histoire du Maroc, pays de saveurs et de traditions culinaires.

DNES à Berlin, Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc