Régions

Casablanca: L’arrêté municipal d’hygiène enfin adopté!

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5205 Le 08/02/2018 | Partager
La 1re Brigade de police administrative a prêté serment
«Casa Urba», schéma directeur numérique, tracé du tram, 3D… agenda chargé pour les élus
Le vote du plan d’action communal reporté à la semaine prochaine
abdelaziz_el_omari_005.jpg

A la dernière minute, Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville, a ajouté à l’ordre du jour de la session, qui s’est tenue mercredi 7 février, un point relatif à la candidature du Maroc pour le Mondial 2026 du football. Ce qui lui donnera la faculté de signer tout document relatif au soutien de cette candidature au niveau de la ville de Casablanca (Ph. Moufik)

Un quorum difficilement atteint après près d’une heure et demie d’attente. La session du Conseil de la ville de Casablanca, qui s’est tenue mercredi 7 février, s’annonçait ardue dès le départ. D’ailleurs son agenda chargé, comportant une quarantaine de points, a dû être réparti entre deux sessions (les 7 et 14 février).

Les points qui fâchent ont été reportés ou ajournés pour le 2e rendez-vous prévu la semaine prochaine. C’est le cas du plan d’actions communal (PAC). Ce document, qui a nécessité deux ans et demi de travail, est loin de faire l’unanimité. Certains élus de l’opposition le taxent même de plan «hors la loi». «Les discussions sur le PAC vont se poursuivre dans le cadre des commissions», annonce Abdelaziz El Omari, président du Conseil de la ville.

Parmi les autres points restés en suspens ou reportés figure une convention liant la Commune urbaine à la Société nationale du transport et de la logistique (SNTL). Celle-ci est relative au lancement d’une zone de services mécaniques. Ce projet, initié en 2016, consiste à lancer un centre logistique périurbain à Mly Rachid. Il s’agit d’un «village auto» (une sorte de smart city automobile) qui sera axé sur les métiers de l’automobile. Il devra accueillir les revendeurs de pièces de rechange qui exercent leur activité au centre-ville (notamment à Derb Omar, rue Khouribga…).

Le projet, dont le coût à 80 millions de DH, s’est heurté à la résistance des élus de l’arrondissement qui refusent de donner leur aval à la cession du foncier. Il s’agit d’un terrain d’une superficie de 6 hectares que la SNTL devra louer à l’arrondissement Moulay Rachid moyennant 100.000 DH/mois sur une durée de 30 ans renouvelables.
«Nous sommes à la recherche de solutions alternatives», explique El Omari.

Le reste des points à l’ordre du jour de cette session a été voté sans encombre. L’arrêté municipal relatif à l’hygiène arrive en tête des projets adoptés. Après moult reports, ce document d’une centaine de pages entre enfin en vigueur. Il est censé durcir les règles en matière de salubrité et d’environnement.

La première Brigade de police administrative, qui accompagnera sa mise en application, est déjà opérationnelle. Elle a prêté serment mardi 16 janvier dernier et serait prête à intervenir sur le périmètre des arrondissements Anfa, Sidi Belyout, Maârif, Moulay Rachid et Sidi Othmane (retenus en tant que sites pilotes).

Les élus ont également adopté le tracé définitif des prochaines lignes 3 et 4 du tramway et les lignes 5 et 6 en mode BHNS (voir aussi notre édition du 6 février 2016). Autre document adopté, celui relatif au schéma directeur de la transformation numérique. «Casablanca sera la première ville marocaine à se doter de ce genre de document», explique le maire. Il s’agit d’une feuille de route pour les 5 prochaines années concernant les infrastructures, les réseaux, l’amélioration des services administratifs...

Autre nouveauté de cette session, la décision de confier la gestion de la gare Ouled Ziane à la SDL Casa-Transports, au terme de l’actuel contrat de gestion (en septembre prochain). Les élus ont également décidé d’élargir le champ d’actions de la SDL Casa-Prestation qui devra désormais assurer les services des 3D (dératisation, désinsectisation et désinfection) pour un budget annuel de 20 millions de DH. «L’appel d’offres pour désigner un prestataire privé étant infructueux, nous avons décidé de charger Casa-Prestation de cette mission, en attendant d’autres tentatives», commente El Omari.

Une autre convention adoptée lors de cette session relie la société Ribatis à la CUC. Elle porte sur la 2e version de la plateforme de dématérialisation des autorisations d’urbanisme (Casa-Urba). «Cette nouvelle version couvrira toutes les étapes du dépôt des dossiers jusqu’à l’octroi des autorisations», annone le maire.

Par ailleurs, sur le volet mobilité, le président du Conseil de la ville a annoncé qu’il allait notifier le ministère de tutelle concernant le retard accusé dans l’opération d’audit de M’dina bus, menée par le cabinet KPMG.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc