International

Redistribution des cartes chez les géants chinois

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5203 Le 06/02/2018 | Partager
Acquisition de Wanda à plus de 4,3 milliards d'euros
Le plus grand accord financier jamais signé en Chine
Les rivalités s’intensifient entre Tencent et Alibaba

Tencent cherche à déployer sa maîtrise du web ainsi que sa solution de paiement WechatPay dans de plus en plus de magasins physiques. Le géant Chinois revendique près de 1 milliard d'abonnés au système WeChat. C’est dans ce contexte qu’un consortium d'investisseurs chinois conduit par Tencent Holdings entre dans le capital du géant de l'immobilier chinois Wanda Commercial Properties.

L’acquisition de 14% de la plus grande entité du conglomérat Dalian Wanda Group va mobiliser plus de 34 milliards de yuans (4,3 milliards d'euros). A travers cette transaction, ce sont cinq géants chinois de l'Internet et de l'immobilier, qui mettent sur pied le plus grand accord financier jamais signé dans le pays: JD.com (numéro deux chinois du commerce en ligne), Suning Holdings (distributeur d'électroménager), Sunac China Holdings (mastodonte de l'immobilier), Tencent et Wanda.

A la fin de 2017, Wanda Commercial Properties exploitait 31,5 millions de mètres carrés d'espace commercial, répartis sur plus de 235 grands magasins «Wanda Plazas». Au terme de 2017, Wanda revendique plus de 3,2 milliards de visites clients dans ses malls.

L'objectif affiché est de combiner les actifs d'immobilier commercial de Wanda au savoir-faire de Tencent, Suning ainsi que JD.com dans l'internet et la vente en ligne. Le consortium acquéreur évoque la création d’un «nouveau modèle de consommation» en Chine.

La nouvelle stratégie de Wanda pourrait cependant aiguiser sa rivalité avec Alibaba, qui avait lui-même racheté 20% de Suning en 2016 et investit dans l'immobilier commercial pour élargir ses modes de distribution. Le développement de ce nouveau modèle brouille la frontière entre le commerce physique et le commerce électronique.

Depuis deux ans, Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne, engagé dans une compétition féroce avec Tencent dans la nouvelle économie, se tourne vers le commerce physique. Depuis, les deux entreprises font la course pour apporter leurs solutions numériques au commerce traditionnel: paiement en ligne, logistique intelligente grâce au cloud computing, connaissance des clients, grâce à une emprise totale sur leurs activités d’achat, en ligne ou hors ligne.

Tencent, et son partenaire JD.com, numéro deux du commerce en ligne en Chine après Alibaba, ont déjà investi dans les supermarchés Yonghui en décembre, et ont annoncé un investissement dans Carrefour en janvier 2018. Avec Wanda, ils étendent leur emprise sur le commerce physique.

Alibaba: Un demi-milliard de dollars de revenus sur le cloud

Au-delà de la sphère du e-commerce, pour lequel il revendique 515 millions de «consommateurs actifs», Alibaba monte en puissance dans la distribution physique avec 25 épiceries exploitées sous la marque Hema. Au terme de l’année 2017, Alibaba franchit le cap du demi-milliard de dollars de revenus trimestriels sur le cloud. Son activité reste portée exclusivement par le e-commerce. Sur la période qui s’est échelonnée du 1er octobre au 31 décembre 2017, le chiffre d’affaires d’Alibaba s’est établi à 12,7 milliards de dollars, en hausse annuelle de 56%. Le e-commerce en représente 88% (11,257 milliards; +57% d’une année sur l’autre).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc