Analyse

Recrutement: IT et Offshoring, champions en 2017

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5203 Le 06/02/2018 | Partager
Le secteur de l’informatique capte 61% des offres ciblant les master et plus
Les centres d’appel alimentent plus des ¾ des demandes pour les bac+3
Service public, enseignants, RH, des fonctions qui montent
recrutement_1_003.jpg

Pour les chercheurs d’emploi avec un master et plus, ce sont les informaticiens qui ont été les plus convoités. Les agences de publicité et de marketing ainsi que les centres d’appel figurent aussi parmi les plus importants recruteurs 

Même si le taux de chômage a encore augmenté en 2017, passant à 10,2% contre 9,4% en 2016, les offres d’emploi ont afflué sur la plateforme de ReKrute.com. Selon la dernière enquête du jobboard «Tendances RH 2017» que nous publions en exclusivité, elles ont grimpé de 43% en un an, passant à plus de 120.000 postes ouverts. Plus des trois quarts des offres (94.374) sont destinées aux profils avec un niveau bac+3 et moins, tandis que le reliquat, concerne les bac+4 et plus.

Comme les années précédentes, les secteurs qui ont créé le plus d’emplois sont les IT, l’offshoring et la finance & banque. Mais des disparités existent en ce qui concerne les offres. Les centres d’appel sont à la recherche de juniors ayant un bac+2 ou une licence, avec comme compétences requises, une bonne maîtrise du français.

A contrario, le secteur des IT est à l’affût de profils plus pointus. Il se développe sur des métiers à plus forte valeur ajoutée, selon le spécialiste du recrutement. Cela se confirme par la progression de 24 points, sur un an, des demandes de profils bac+4 et plus, et la baisse de 4 points de celles des bac+3 et moins. «Nous développons des projets qui nécessitent des ingénieurs informaticiens avec des compétences pointues et qui apportent une réelle valeur ajoutée.

Nous avons un grand besoin de profils expérimentés», confie Redouane Mabchour, directeur général de Atos. En effet, le secteur déjà en manque d’informaticiens, voit une partie de l’effectif s’expatrier en Europe (voir article page suivante). «Cela affecte fortement les entreprises du secteur», souligne Saloua Karki-Belkziz, présidente de l’Apebi (la Fédération des technologies de l'information, des télécommunications et de l'offshoring).

Les services publics ont également augmenté leurs effectifs en 2017. Les offres d’emploi sont montées à 3%, alors qu'il n'y a avait pas de mouvement en 2016. Il s’agit là de recrutement d’experts en CDD pour des missions ponctuelles. Selon l’enquête, les agences marketing et publicité comptent elles aussi parmi les plus importants recruteurs de l’année.

Leurs demandes se dirigent vers des profils bac+4 et plus. De nouvelles offres d’emploi pour les niveaux master et plus ont émergé durant 2017. Il s’agit de postes d’enseignants qui sont passés de 0 à 4%. «Cela est principalement dû à la campagne de recrutement lancée par l’OFPPT, qui a surtout renforcé sa population de formateurs vacataires», souligne Alexandra Montant, DGA de ReKrute.com. S’ajoute à cela, le concours des profs contractuels mis en place par le ministère de l’Education nationale. Il comprend le recrutement de 20.000 enseignants. Ce qui a également fait porter le nombre des offres.

recrutement_003.jpg

Pour les bac+2 et bac+3 ce sont les centres d’appel qui captent la plus grande partie des offres de l’année

Même si la demande des commerciaux a baissé cette année, passant de 10 à 8% en 2017, ils restent parmi les profils les plus recherchés. Autre forte tendance de l’étude, certaines fonctions ont émergé durant l’année, comme les métiers des multimédias et des ressources humaines.

«Nous remarquons aussi que les métiers de la gestion de projet et d’études ont explosé. C’est le signe que le Maroc construit des projets d’avenir, stratégiques pour les entreprises», précise Alexandra Montant.  En revanche, l’assurance qui figurait parmi les champions du recrutement en 2016, a fortement régressé cette année. Elle perd 34 points. «Ce secteur a  toujours été soutenu par les offres émanant des centre d’appel qui, eux, ont développé de nouveaux services outre l’assurance», explique la spécialiste en recrutement.

Pour les bac+2 et bac+3, ce sont les métiers de l’externalisation des services qui leur sont le plus proposés. Les centres d’appel sont les plus gros recruteurs. A eux seuls, ils ont alimenté 80% des offres, en augmentation de 9 points par rapport à 2016. Les assurances figurent en deuxième place avec 11% des offres, suivies des banques (2%).

Cependant, les métiers de la production et de la qualité ont diminué leurs recrutements de 4.732 offres par rapport à l’an dernier. «Nous pouvons en déduire que les entreprises ont réussi à bien structurer leur chaîne industrielle», avance le management de ReKrute.com.

Des profils qualifiés plutôt que des diplômes

Plus vous avez de diplômes, plus difficilement vous intégrez le marché de l’emploi! C’est du moins ce que relèvent les derniers chiffres de l’enquête «Tendances RH 2017», du jobboard, ReKrute.com. A peine 6% d’offres d’emploi pour les sorties d’écoles avec un bac+4 ou plus, et 4% pour ceux avec 1 an d’expérience. Mieux lotis, ceux avec 1 à 3 ans en entreprise concentrent 20% des demandes. Les plus convoités sont les profils qui ont entre 3 à 5 ans d’expérience. Ils ont capté près de la moitié des offres de l’année.
La courbe est différente lorsqu’il s’agit des profils bac+3 et moins. Auprès de cette population, ce sont les débutants qui sont les plus recherchés (61% des offres, soit plus de 10 points par rapport à 2016). «Les plus gros recruteurs des bac+3 et bac+2 qui sont les centres d’appel prennent davantage des profils peu qualifiés et inexpérimentés», indique le management de ReKrute.com. Parmi ces profils, ceux avec moins d’un an d’expérience alimentent seulement 10% des offres, et ceux avec 3 à 5 ans, 26%.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc