Entreprises

Pâte et couscous: Dalia livre 35 marchés à l’export

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5202 Le 05/02/2018 | Partager
Plus de 1,3 milliard de DH de chiffre d’affaires en 2017
900 tonnes de produits sortent chaque jour du site
Un investissement global de 920 millions de DH
pate-et-couscous-dalia-002.jpg

L’usine Dalia de Had Soualem s’étend sur 5 hectares. Le site écrase 900 tonnes de céréales/jour (farine, couscous, pâtes alimentaires…) (Ph. L'Economiste)

«Nous comptons renforcer nos lignes de production pour répondre à la demande de nos marchés à l’export, surtout l’Afrique. Par ailleurs, nous préparons la diversification de notre gamme avec le développement de nouveaux produits à base de céréales et autres matières premières», annonce Idriss Jamaleddine, directeur général de Dalia Corp.

La transformation de céréales est une activité pratiquée par les Jamaleddine de père en fils depuis 1958. Depuis, les outils de production ont systématiquement suivi les évolutions techniques de l’activité, avec à l’appui des investissements conséquents. Implanté à Had Soualem depuis 2002, le groupe comptabilise quelque 920 millions de DH d’investissements au Maroc.

Dalia a ouvert les portes de son usine de Had Soualem (région de Casablanca) aux médias. L’usine s’étend sur environ 5 hectares. Elle dispose d’une capacité d’écrasement de 210.000 tonnes/an, avec des process aux standards internationaux. En tout, 900 tonnes de produits sortent chaque jour de ce site: 600 tonnes en blé tendre et dur ainsi que 300 tonnes en farine, couscous et pâtes alimentaires.

Sur le segment des pâtes alimentaires (longues et courtes: spaghettis, coquillettes, vermicelles et soup pastes), le groupe familial est un acteur de premier plan sur le marché local. «Nous sommes le seul groupe au Maroc à adopter une technologie italienne dans la production de pâtes et à produire des pâtes longues (spaghettis).

Nous sommes actuellement le 1er producteur et exportateur de pâtes alimentaires au Maroc», fait valoir Yassine Jamaleddine, DG de Dalia Comodex. Et d’ajouter: «Notre gamme de pâtes nous ouvre des portes à l’international et représente environ 50% de notre volume à l’export». L’investissement global du groupe sur ce segment s’élève à plus de 250 millions de DH.

Grâce à un système de transport pneumatique par aspiration qui interconnecte les unités de production du site, les matières premières sont acheminées automatiquement d’une unité à l’autre, de la première à la deuxième transformation. Ce qui réduit les frais de manutention et les pertes.

L’industriel est le seul groupe au Maroc à regrouper l’ensemble de ses unités de production et moulins sur le même site. Le site Had Soualem en compte 5: minoterie, semoulerie, unité de production de pâtes alimentaires... L’intégration de sa chaîne de métiers lui permet d’assurer un meilleur contrôle et développer une plus grande synergie de l’ensemble de ses activités.

«Avant d’être accepté, tout arrivage de blé transite par le laboratoire et tout déchargement est tributaire de l’autorisation du responsable laboratoire. De la même manière, avant d’être libérés pour conditionnement, tous nos produits bénéficient d’un ensemble d’analyses physico-chimiques au niveau du laboratoire», explique Meryem Jamaleddine, DGA de Dalia Corp et Foods.

Test d’humidité, taux de minéralisation pour blé tendre et farines, test de colorimétrie pour blés durs et semoules, couscous et pâtes, tamisage pour semoules et couscous, test d’indice de chute pour blés et farines, taux de gluten pour les farines, test de gonflement pour couscous… sont la batterie de tests auxquels sont soumis les produits en amont et en aval du process de production.

Afin d’obtenir de la farine ou de la semoule, les grains de blé traversent plusieurs étapes qui conditionnent la qualité du produit fini. Les grains passent par plusieurs machines à l’étape du nettoyage: séparateur, épierreur, désinsectiseur, appareil magnétique... Après leur broyage, conditionnement et roulage, le couscous est cuit à la vapeur à une centaine de degrés. Le séchage ramène l’humidité du couscous à 12,5%.

Ce qui permet une conservation optimale. Le couscous passe alors au calibrage à travers un tamis qui permet une séparation selon la granulométrie (moyen, fin). Pour les pâtes alimentaires, la température et la durée de séchage sont adaptées en fonction de la forme désirée. Juste après, les produits passent au conditionnement.

Carte de visite

Très présent sur le marché national, les produits Dalia sont commercialisés via 4 circuits de distribution: du traditionnel à l’export, en passant par les grandes et moyennes surfaces (GMS). L’export représente 40% de son chiffre d’affaires. L’industriel poursuit une politique de développement de nouveaux débouchés à l’export vers l’Afrique (Sénégal, Côte d’Ivoire, Nigéria…), le Moyen-Orient et l’Asie, ainsi que vers l’Amérique du Nord et l’Europe (France, Belgique…). En 2016, le groupe a réalisé plus de 1,18 milliard de DH de chiffre d’affaires. Au terme de 2017, le business affiche une progression de 11%, pour une part à l’export évaluée à 95 millions de DH, avec 356 collaborateurs, 333 références et 14 marques. Les produits sont distribués dans pas moins de 35 pays.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc