Régions

Larache lance son programme d’oliveraies

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5200 Le 01/02/2018 | Partager
500 ha plantés sur les 10.000 prévus par le PMV dans la région
Le développement de la filière oléicole au Maroc financé par la BID
larache-oliveraies-00.jpg

Cette culture à plus forte valeur ajoutée permettra de booster l’emploi dans la région. Le PMV ne prévoit pas moins de 4.300 emplois dans le Nord (Ph. Adam)

Un coup de pouce au secteur oléicole au Nord. Le département de l’Agriculture prévoit la plantation de 500 hectares d’oliviers dans la province de Larache. Ces unités seront localisées au niveau des communes rurales Ayacha, Bni Gorfet et Tazroute du cercle de Moulay Abdeslam, terrains relevant de la zone d’action de la Direction provinciale de l’Agriculture de Tanger.

Ces plantations entrent dans le cadre du développement de la filière oléicole chez les petits agriculteurs, inscrite dans le Pilier II du plan Maroc Vert. Un appel d’offres vient d’ailleurs d’être lancé pour l’attribution des lots. Le coût prévisionnel est de 5,5 millions de DH financés par la Banque islamique de développement (BID).

Le projet fait partie d’un ambitieux programme de développement de la filière oléicole à l’ensemble du pays financé par la BID avec une enveloppe budgétaire de près de 80 millions de dollars US (un peu plus de 730 millions de DH). L’objectif est de planter un total de 18.000 hectares d’oliveraies.

Le programme intéresse cinq régions, à savoir Fès-Meknès, Marrakech-Safi, Oriental, Tadla-Azilal et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Et c’est cette dernière qui s’accapare la part du lion avec 10.000 hectares. Le projet vise la reconversion des superficies à vocation non céréalière par la plantation d’olivier, culture à plus forte valeur ajoutée, en encourageant une production d’olives et d’huile de haute qualité conforme aux normes.

Cela permettra également de doper l’emploi en créant quelque 4.300 postes, rien que dans le Nord.  Le rendement moyen visé est de 4 tonnes par hectare, soit le double du rendement actuel qui, bon an mal an, se situe à 2 tonnes de moyenne. Le volume traité atteindra les 75.000 tonnes d’olive avec un rendement par hectare de près de 60.000 DH, trois fois plus que la moyenne actuelle.

Le programme a en projet le lancement de 18 unités de traitement dont 9 dans la région. Elles doubleront la capacité de traitement pour atteindre les 2,2 millions de tonnes.

De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc