Régions

Tétouan: L’alimentation en eau potable se renforce

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5200 Le 01/02/2018 | Partager
500 litres par seconde supplémentaires pour la ville et sa côte
Une extension branchée sur le barrage Martil et sa station de traitement
tetouan-eau-potable-00.jpg

Le barrage Martil qui devrait entrer en service de manière imminente alimentera avec 1.000 litres par seconde supplémentaires Tétouan et sa côte (Ph. Adam)

Tétouan disposera sous peu d’une ligne supplémentaire d’alimentation en eau potable. L’Office national de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE) vient de lancer un appel d’offres pour le renforcement de l’alimentation en eau potable de Tétouan et de sa côte. La ville sera fournie à partir du barrage Martil, le coût prévu de ce nouvel investissement est de 120 millions de DH.

Le projet prévoit la réalisation d’une extension de la station de traitement actuelle pour un débit supplémentaire traité de 500 litres par seconde ainsi que divers équipements annexes pour le traitement, stockage et pompage de l’eau, ce qui devra porter la capacité totale à 1.000 l/s d’eau traitée. Le traitement consiste en une étape de purification chimique (chloration et autres procédés) et par décantation avec des bacs de floculation pour enlever les matières en suspension.

Bien que prélevée dans un barrage, l’eau brute est susceptible de contenir accidentellement de fortes teneurs de matières en suspension. Ceci est observé exceptionnellement, lorsqu’une forte crue coïncide avec un niveau très bas de la retenue, comme cela a été le cas ces derniers mois.

Le projet tombe à point nommé pour une région qui a connu en 2016 de fortes perturbations de son alimentation en eau. Afin de pallier cette situation, le barrage oued Martil (dont l’entrée en service est imminente), avait été mis en service de manière provisoire et partielle fin 2016 afin de combler le déficit dans l’alimentation en eau potable de la région de Tétouan.

A noter que ce barrage permettra, avec sa retenue de 120 millions de m3, de régulariser un volume annuel de 70 millions de m3, soit deux fois de plus les besoins de la ville et sa côte. Il servira à la sécurisation de l’alimentation en eau potable et industrielle de la région, au-delà de l’horizon 2030 et à l’irrigation d’un périmètre agricole de 1.000 hectares.

Le barrage permettra aussi de protéger Tétouan et sa vallée contre les inondations occasionnées par les violentes crues de oued Martil. Le chantier est localisé à 15 kilomètres au sud de Tétouan sur oued Mhajrat et il a nécessité un investissement de 1,6 milliard de DH.

De notre correspondant,
Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc