Régions

Fès-Meknès: Le CRI défend son bilan 2017

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5195 Le 25/01/2018 | Partager
Les dossiers d’investissement ont atteint 6,67 milliards de DH
Mais sont-ils réalisés ou pas? Le CRI ne dit rien…
3.750 nouvelles entreprises et 16.722 emplois projetés

Alors que les principaux acteurs économiques de la région Fès-Meknès se disent en difficulté, le Centre régional d’investissement (CRI), lui, avance des chiffres qui contestent cette morosité. Selon ses dernières statistiques, l’année 2017 a enregistré un nouveau record des créations d’entreprises. En chiffres, le CRI revendique la création de pas moins de 3.750 nouvelles entreprises, en augmentation de 5% par rapport à 2016. Ces entreprises devraient permettre, sur le papier, la création de 16.722 emplois.

Par province, le guichet de Meknès arrive en tête avec 1.630 entreprises créées, soit 43% du total. Il est suivi du guichet de Fès avec 1.461 entreprises créées soit 39% du total. Quid de la dizaine d’entreprises de textile qui ont mis la clé sous le tapis durant la même année.

En effet, la ventilation des entreprises nouvellement créées par secteur d’activité révèle une dominance des secteurs du commerce et des services divers avec une part égale de 36% des entreprises créées. Ces secteurs sont suivis du BTP qui représente 21% du lot. Concernant la forme juridique, 63% des entreprises sont créées sous la forme juridique SARL et près de 36% sont sous la forme personne physique.

Signalons que l’immense majorité (99%) des entreprises créées appartiennent à des Marocains, et seules quelque 47 entreprises (1%) à des étrangers. Le nombre des entreprises créées par les MRE en 2017 a atteint 194 entreprises, 45% d’entre elles appartiennent au secteur des services divers, 25% au secteur du commerce et 24% au secteur du BTP. Près de 96% de ces entreprises portent la forme juridique SARL. Si l’on considère l’approche genre, le nombre des entreprises créées par des femmes s’est établi à 334 entreprises (9% du total des entreprises créées par le CRI en 2017).

D’autre part, le guichet d’appui aux investisseurs a connu en 2017 une augmentation du montant d’investissement de 132% par rapport à l’année précédente, ce qui a conduit à une augmentation du nombre d’emplois de 81,5%. Au total, 249 dossiers d’investissement déposés ont été traités. Ils portent sur des demandes d’autorisations et des projets d’investissement. «Parmi ces dossiers, 170 ont reçu l’avis favorable de la Commission régionale d’investissement.

Le montant global des investissements prévus pour ces dossiers approuvés correspond à plus de 6,67 milliards de DH générant 9.533 emplois», lit-on dans le bilan du CRI. En détails, le secteur des énergies renouvelables arrive en première position avec un montant d’investissement de plus de 3,15 milliards de DH suivi par le secteur de l’habitat avec un montant de plus de 1,32 milliard de DH. Et ce n’est qu’en troisième position qu’on découvre les projets industriels avec un montant d’investissement de 941,4 millions de DH.

Procédures simplifiées

«L’année 2017 a été marquée par la poursuite de la mise en œuvre d’un ensemble d’actions visant la simplification de la procédure de création d’entreprises et son harmonisation au niveau de ses guichets de création», expliquent les responsables du CRI Fès-Meknès. Cela s’est traduit notamment par la réduction du délai moyen de création qui a été ramené au niveau des deux principaux guichets de la région de Fès et Meknès à 0,8 jour (environ 19h) pour le mois de décembre 2017.

En plus, afin de réaliser une meilleure transparence administrative liée à la création des entreprises, la région de Fès-Meknès vient de lancer la plateforme «business-procedures.ma». Sous la tutelle du CRI, cette plateforme électronique vise à simplifier les procédures à travers notamment un système de comparaison avec les autres régions.

Fès-Meknès espère améliorer le climat des affaires dans la région en appliquant le plan d’action du Comité national de l’environnement des affaires (CNEA). Le projet de la plateforme est financé par le programme de coopération allemande GIZ.

Gros espoirs sur le Cotef

En tout cas, ces chiffres ne reflètent pas la réalité que décrivent les opérateurs économiques qui eux parlent d’une région économiquement «sinistrée» et géographiquement «enclavée».
Ces derniers appellent à orienter les projets privés vers la région à l’instar de ce qui se fait pour Casablanca, Tanger, et Kénitra. Ceci permettrait à Fès-Meknès de sortir de sa léthargie et de son marasme économique et social. Signalons à ce propos, la récente sortie de Moulay Hafid Elalamy concernant le Cotef. Selon le ministre de l’Industrie, «l’expropriation du foncier (15,3 ha) de l’ancien fleuron du textile sera finalisée d’ici quelques mois». Exhortant les opérateurs de la région à se mobiliser davantage pour défendre leur ville, Elalamy a noté que Fès devrait se focaliser sur deux secteurs: l’automobile et le textile. «J’ai une offre industrielle pour le Cotef qui devrait permettre la création de 6.000 à 7.000 emplois», conclut le ministre.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc