Régions

Rabat: Des mesures pour dépolluer le barrage Sidi Mohammed Ben Abdallah

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5194 Le 24/01/2018 | Partager
Il est contaminé par le rejet des eaux usées des 2 établissements pénitentiaires d’Al Arjat
Les stations de traitement en place n’arrivent pas à répondre aux besoins de 2 centres
Des travaux pour augmenter leur capacité de traitement en cours
rabat-barrage-sidi-mohammed-ben-abdallah-1-094.jpg

En plus du risque de pollution du barrage, les eaux usées issues du centre Al Arjat 2 représentent un problème pour la santé de la population des douars avoisinants (Ph. NEA)

Après un long mutisme, les autorités réagissent enfin au signal d’alarme lancé par certaines associations sur le risque de pollution des eaux du lac du barrage Sidi Mohammed Ben Abdallah qui alimente en eau potable plusieurs villes de la région de Rabat. Ce risque provient des eaux usées rejetées sans traitement par les deux nouveaux centres pénitentiaires Al Arjat 1 et 2, souligne Hafida Bensaleh, présidente du réseau environnement Raqraq.

A peine quelques mois après leur entrée en fonction, la capacité de traitement de leur station d’épuration a montré ses limites. Elle s’est avérée insuffisante par rapport au volume des eaux usées produites. Pour remédier à ce problème, des mesures urgentes ont été annoncées lors d’une réunion tenue, vendredi  dernier, au siège du département de l’Eau en présence des responsables concernés.

rabat-barrage-sidi-mohammed-ben-abdallah-2-094.jpg

Au début, ces derniers minimisaient le risque de pollution du fait  que le volume des eaux usées rejetées par les deux centres reste insignifiant. Il est estimé à  0,2 million de m3 par an, alors que le volume d’eau contenu actuellement par le barrage dépasse 700 millions de m3.

Pour rassurer l’opinion publique, les services de l’ONEE continuent toujours, de leur côté, à assurer le traitement et le contrôle de la source issue du barrage, selon les normes en vigueur, et ce avant sa distribution à la population. Pour mettre un terme à tout risque de pollution, il a été décidé lors de cette réunion d’activer les travaux de  redimensionnement des deux stations en vue d’augmenter leur capacité de traitement.

Les travaux sont déjà en cours avec un objectif de finir ce chantier d’ici un mois pour la station du centre Al Arjat. Dans trois mois, le second centre devrait également être traité. Si des mesures sont prises pour éviter la pollution de l’eau du barrage, le problème reste posé pour la population des douars avoisinants.

rabat-barrage-sidi-mohammed-ben-abdallah-3-094.jpg

«En plus des risques pour notre santé, les eaux usées rejetées par la nouvelle prison ont endommagé notre puits portant ainsi un préjudice à notre activité agricole», s’inquiète M’hamed Ben Tounsi, habitant du douar Rouichate, situé près de la prison Al Arjat 2. En attendant l’achèvement des travaux de redimensionnement des deux stations, il a été décidé l’aménagement d’un bassin permettant le stockage des eaux usées qui seront rejetées durant les trois prochains mois.

Une action qui vise la protection de la nappe d’eau souterraine. Cet incident devrait interpeller les responsables concernés pour la mise en place d’un système de veille rigoureux pour protéger les eaux du barrage, surtout qu’on assiste à un développement urbain dans certaines zones proches du site, indique un élu de la région.

De notre correspondant,  Noureddine EL AISSI
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc