Entreprises

Risma: Les dessous de la vente des hôtels Ibis

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5192 Le 22/01/2018 | Partager
Le repreneur, le groupe Benaboud, parle de son futur programme
Les Ibis cédés formeront le noyau d’une nouvelle chaîne baptisée «Senator»
ibis_hotel_092.jpg

Les trois Ibis acquis par le groupe Benaboud serviront de noyau pour la création d’une nouvelle chaîne d’hôtels baptisée Senator (Ph. GB) 

Le voile est levé sur la cession des trois Ibis de Tanger Free Zone, Fnideq et Agadir par le groupe Risma. Les unités hôtelières ont été acquises par le groupe Benaboud, un important acteur opérant dans l’immobilier et basé à Tétouan. Le deal, mené en partenariat avec un groupe saoudien, a été conclu il y a quelques mois mais l’acquéreur reste discret sur le montant de la transaction.

Selon Benaboud, la vente a été actée il y a 3 mois. La rénovation des unités et leur «rebranding» va démarrer sous peu. Les hôtels devront subir aussi une opération de remise à niveau pour les rendre au goût du jour. L’ouverture officielle est prévue au courant de février prochain.

Parmi les plus anciens de l’enseigne Accor, ces hôtels formeront le premier noyau d’une nouvelle chaîne qui sera baptisée «Senator», selon Mustapha Benaboud, homme d’affaires tétouanais et patron du groupe éponyme. Benaboud a déjà à son actif plusieurs autres hôtels dont le National et Chems à Tétouan et un autre à Martil.

L’objectif est de mettre en place une chaîne tournée vers le tourisme national avec, à terme, une trentaine d’unités dans le segment des 3 et 4 étoiles. Des projets de construction sont prévus, mais c’est surtout l’acquisition d’unités qui fera le gros de la croissance, signale Benaboud. Ce dernier aurait déjà des visées sur des hôtels de ce segment dont certains mis en vente par une banque de la place.

La clientèle visée par la chaîne du groupe immobilier tétouanais est celle formée par les touristes nationaux. Ce qui explique le recentrage sur les 3 et 4 étoiles avec comme objectif de renforcer l’offre visant cette clientèle. L’idée de lancer un 5 étoiles n’est pas écartée mais elle mérite plus d’études et de réflexion, selon le patron.

A noter que la cession de plusieurs Ibis de la chaîne Accor avait été lancée en 2017. De sources concordantes, la vétusté relative de ces établissements et l’absence de volonté des anciens propriétaires d’entamer leur rénovation auraient justifié leur cession. Ce qui est sûr, c’est que l’opération va dans le sens de la politique actuelle d’Accor de monter en gamme à l’instar des établissements de la marque à Rabat.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc