Régions

Casablanca: La police administrative opérationnelle

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5187 Le 15/01/2018 | Partager
77 agents déployés sur 5 arrondissements
Anfa, Sidi Belyout, Maârif, Mly Rachid et Sidi Othmane
Une opération pilote dont le budget s’élève à 3,7 millions de DH
police-administrative-casa-087.jpg

Les agents de la police administrative communale devront verbaliser les contraventions en matière de salubrité publique, stationnement; urbanisme et occupation du domaine public (Ph. L’Economiste)

La police administrative communale fait enfin son apparition à Casablanca. A partir de ce mois-ci, 70 agents et 7 superviseurs seront déployés sur 5 arrondissements pilotes. Il s’agit de Anfa, Sidi Belyout, Maârif, Mly Rachid et Sidi Othmane. Les équipes sont organisées en trois brigades: salubrité publique, stationnement et occupation du domaine public. Parmi leurs prérogatives figurent aussi la préservation de l’environnement, l’urbanisme et le patrimoine.

Ils seront à terme 311 agents assermentés à effectuer leurs rondes 24h/24. Ces dernières seront organisées sous forme de brigades multi-disciplinaires avec des shifts (3x8). Leur mission consistera à vérifier la conformité des activités, émettre des avis d’infraction ou de non-conformité et si besoin lancer des poursuites judiciaires vis-à-vis des contrevenants. Le budget consacré à cette première opération est de l’ordre de 3,7 millions de DH. Le déploiement sur l’ensemble du territoire de Casablanca nécessitera une enveloppe globale de 14,3 millions de DH.

«Au bout de 4 à 6 mois d’expérimentation et d’évaluation, les brigades de police administrative seront généralisées à l’ensemble du territoire», avait déclaré Abdessamad Haikar, 1er vice-président du Conseil de la ville (cf. notre édition du 28 août 2017).

Le déploiement des premiers agents de la police administrative communale devra accompagner l’entrée en vigueur du nouvel arrêté municipal relatif à l’hygiène, censé durcir les règles en matière de salubrité et d’environnement.
Le document, dont l’adoption a été reportée à maintes reprises, devrait normalement figurer au menu de la prochaine session du Conseil de la ville (programmée pour février prochain).

Casa-Prestation a jusque-là assuré une mission d’accompagnement et d’assistance technique et juridique. La SDL a retenu, suite à un appel d’offres, un cabinet spécialisé. Il s’agit de la Société d’ingénierie et des systèmes (SIS). C’est cette structure qui a préparé le cadre juridique définissant les prérogatives de chacun. En effet, le champ d’action de la police administrative implique des  intervenants multiples: autorité locale, CUC, arrondissement, ONSSA… Il fallait donc développer une vision globale afin de mutualiser les moyens et faire jouer les synergies.

Casa-Prestation se charge aussi du recrutement, de la formation et de la mise en service des agents. L’objectif est de quadrupler les effectifs de contrôleurs actuels, en les équipant de matériel high-tech qui permet d’effectuer des contrôles en temps réel (smart contrôle).
Confié à la SDL Casa-Prestation dès son lancement en 2014, ce projet, qui date du mandat de Sajid, aurait pris du retard faute de budget.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc