Culture

Rêve de gare ou le tour du monde en 50 édifices

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5165 Le 11/12/2017 | Partager
Un beau livre retraçant l’odyssée
Londres, Paris, Istanbul, Chicago… Casablanca et Marrakech
gares-casa-port-065.jpg

Le livre compte deux gares marocaines. Celle de Casa-Port et celle de Marrakech. Mettant l’accent sur la parfaite harmonie entre une architecture ultra contemporaine et une tradition marocaine imprégnant les deux bâtiments (Ph. Langages du Sud)

Si les quais de gares ont, depuis toujours, inspiré les plus grands cinéastes, c’est que ces espaces sont les lieux par excellence du brassage des cultures, des nationalités, des styles… Vieilles de plusieurs siècles, pour  certaines, les gares ont connu des guerres, des révolutions, des incendies…

Elles sont également pour d’autres, d’incroyables laboratoires d’architecture, objet de tous les superlatifs, souvent à la pointe des technologies les plus innovantes.  Elles connaissent, chaque jour, des millions de parcours individuels et collectifs. Des foules qui se croisent, des individus qui se rencontrent, des êtres qui se séparent, se retrouvent… 

gare-restaurant-065.jpg

Qu’elles aient le charme désuet des constructions coloniales, la magnificence des palais impériaux ou l’extravagance des constructions futuristes, ces bâtiments exceptionnels nous renseignent sur la manière dont la société urbaine «se voit  ou se rêve au cours du temps, dans un rythme propre à chaque peuple»
(Ph. Langages du Sud)

C’est  cet esprit si particulier, imprégné des émotions des départs et des arrivées, bruissant des rumeurs de tous ceux qui s’y croisent que tente de restituer le beau livre «Rêve de gares, une odyssée mondiale», paru aux éditions Langages du Sud. Après un tout aussi beau livre sur les gares du Maroc, la maison d’édition marocaine récidive cette fois-ci, à l’échelle mondiale, pour nous livrer un aperçu sur une cinquantaine de gares parmi les plus belles ou les plus emblématiques du monde.

Un choix «loin d’être exhaustif, mais qui offre un bel aperçu de la richesse de ces édifices, symbole du voyage, du mouvement, microcosmes des sociétés du monde entier» précise l’éditrice Patricia Defever Kapferer. Il est vrai que si de nombreux livres ont été consacrés aux trains dans le monde, rares sont ceux qui se sont attardés sur les gares, à travers leur architecture, les époques de leur construction ou encore les transformations qu’elles ont subies au rythme des mutations du trafic ferroviaire, du développement de l’urbanisme et des modes de mobilité des populations.

garte-architecture-065.jpg

Qu’elles aient le charme désuet des constructions coloniales, la magnificence des palais impériaux ou l’extravagance des constructions futuristes, ces bâtiments exceptionnels nous renseignent sur la manière dont la société urbaine «se voit  ou se rêve au cours du temps, dans un rythme propre à chaque peuple» peut-on lire en préambule du beau livre qui sera présenté le mardi 12 décembre à la gare de Casa-Port.

Le livre, de quelque 256 pages, est abondamment illustré de photographies qui mettent l’accent sur l’architecture de ces gares, les détails insolites, généralement inconnus des voyageurs. Elles ressuscitent l’atmosphère et la lumière particulière de ses halls, des magnifiques façades ou encore des tableaux d’affichage  faisant le décompte des départs, des arrivées, des séparations et des retrouvailles. 

Des situations souvent reprises par le 7e art. Des films mythiques aux quels le livre fait plusieurs clins d’œil. Conçu en partenariat avec  l’Union internationale des chemins de fer, organisation fondée au lendemain de la première guerre mondiale en 1922, le document compte deux gares marocaines. Celle de Casa-Port et celle de Marrakech. Mettant l’accent sur la parfaite harmonie entre une architecture ultra contemporaine et une tradition marocaine imprégnant les deux bâtiments.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc