Dossier Spécial

Immobilier/Financement: Des taux de plus en plus bas

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5164 Le 08/12/2017 | Partager
La tarification varie entre 4 et 5%
Les courtiers négocient des taux inférieurs à 4,5%
financement_taux_064.jpg

Vue d’ensemble des meilleurs taux d’intérêt pratiqués par les banques sur le marché du crédit immobilier (Taux mis à jour le 23 novembre 2017)

Le rapport de force entre la banque et le client tend à s’équilibrer à mesure que la concurrence s’intensifie sur les différents marchés du crédit et que le client gagne en maturité. Aujourd’hui, l'acquéreur d'un bien a compris comment fonctionne le crédit immobilier.

Il entre de plus en plus dans le détail de l’offre bancaire, les calculs des taux, les simulations, les benchmarkings entre organismes... Il analyse au dirham près, le coût de la gestion du compte, de la carte, l’assurance, le crédit, l'amortissement... Il dispose davantage d’informations et commence à diversifier les canaux d’accès aux prêts. La négociation des meilleurs taux se fait aussi avec  l’aide des courtiers, comme Meilleurtaux ou encore Cafpi.

Ces derniers décortiquent l’offre de la banque. «Il y a quelques mois, une banque a affiché des taux hyper agressifs, parmi les meilleurs du marché. Ces offres ont duré 2 mois. Six mois plus tard, les clients continuent à penser que c’est la meilleure offre, alors que d’autres banques l’on surpassée en termes de conditions. En fonction des besoins du client, nous recherchons la banque la plus agressive en temps réel, au moment où le client en a besoin», fait valoir Ghali Chraibi, DG de Cafpi.

Tout dépend du zoning et du moment. En tant que courtier, cela demande de la veille sur toutes les offres, les banques et par région. En effet, ce qui est valable à Casablanca, Rabat et Marrakech ne l’est pas forcément pour Tanger. Et c’est là où réside la valeur ajoutée.

Depuis mars dernier, des banques ont essayé d’imposer un taux de 4,90% au-dessus d’une maturité de 10 ans. Même si certaines ont essayé de mettre en place une sorte «d’entente», celle-ci n’a pas marché du fait de la concurrence qu’elles se livrent pour attirer de nouveaux clients. Un taux à 4,90% n’étant pas très attractif, l’entente a eu du mal à se mettre en place. Actuellement, les banques déploient de gros efforts sur les taux.

Les bailleurs sont convaincus que c’est le meilleur moyen d’attirer de nouveaux clients. «Aujourd’hui, les meilleurs taux fixes sur le marché sont de 4,20% pour une maturité variant entre 7 et 15 ans, 4,40% pour des maturités entre 15 et 20 ans, 4,50% pour 20 à 25 ans», tient à préciser Yassine Lahlou, directeur général de Meilleurtaux.ma.

Avec la rude concurrence que se livrent  les banques, il est possible de négocier des taux plus intéressants, allant jusqu’à 4,50% voire mieux, pour les bons dossiers. Les organismes de financement cherchent à tout prix à attirer les bons clients, les plus solvables. Compte tenu de  cette concurrence acerbe, les acquéreurs arrivent à négocier  un crédit immobilier au plus bas  taux.

Le management de Meilleurtaux.ma entend par bon dossier, un client avec un salaire au-dessus de 20.000 DH, une mensualité qui correspond à un taux d’endettement maximum de 40-45%, une avance estimée entre 10 et 20% du montant du crédit sans aucun problème de santé (pour l’assurance). Une fois ces conditions réunies, il est aisé de négocier des taux plus bas.

Il y a tout de même une différence notable entre les taux proposés par les agences et ceux qu’arrivent à négocier les courtiers. A cause du volume du portefeuille client qu’ils mettent sur la balance. «En tant que grossiste en crédit, je n’ai pas un seul taux à proposer au-dessus de 4,50%», fait valoir Ghali Chraibi. Le courtier génère près de 200 millions de DH de crédit/an pour ses partenaires bancaires, ce qui amène les banques à faire des efforts de taux et lui permet de négocier des taux plus attractifs.

Comme toute entreprise commerciale, les banques font preuve d’agressivité commerciale pour gagner en parts de marché, en rentabilité. Celles qui ont la capacité de jouer sur les taux ne se privent pas de cet argument. D’autres sont plus agressives sur le digital. CFG Bank par exemple. Actuellement, CIH Bank fait preuve aussi d’une agressivité commerciale sur le segment des jeunes. En témoignent ses offres Code 30 et Code 18.

La banque rajeunit ainsi son image, et sa typologie de clientèle tout en pariant sur l'avenir. «Ces deux dernières années, il y a eu une nette amélioration de la qualité du service et du process client chez la plupart des banques», constate Lahlou.
Il y a d’autres pistes d’amélioration, notamment des rubriques à l’intérieur du crédit immobilier qui sont en train d’être bousculées, notamment l’assurance emprunteur.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc