Competences & rh

Les ravages de la rupture linguistique!

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5161 Le 05/12/2017 | Partager
Seuls 30% des étudiants arrivent à achever le tronc commun dans un délai normal
2 à 3 heures par jour dans les transports en commun, la difficile vie estudiantine

Avec 85% de taux de réussite en licence, master et cycle ingénieur, le rendement interne de la Faculté des sciences et techniques de Mohammedia (FSTM) est plutôt bon. L’établissement enregistre, également, un faible taux de décrochage (environ 5%), comparativement aux facultés à accès ouvert (64% d’abandons avant la licence). Son problème, ce sont surtout les redoublements.

A peine 30% des étudiants arrivent à achever le tronc commun dans le délai normal de deux ans. «Le phénomène est multiparamétrique. La rupture linguistique entre le secondaire et le supérieur fait partie des principales raisons», relève son doyen, Mustapha Lkhider. La majorité trouve du mal à suivre des cours en français. Les jeunes bacheliers ont besoin de plus de temps pour s’adapter.

Beaucoup arrivent, par ailleurs, avec des idées préconçues sur la faculté, pensant qu’ils peuvent se permettre de fonctionner à leur rythme ou de s’absenter. Il s’agit, aussi, d’une question d’orientation. «La note obtenue au baccalauréat ne reflète pas toujours le niveau du bachelier», regrette Lkhider.

Pour sa part, la vie estudiantine est plus ou moins dure. La majorité habite sur d’autres villes, notamment Casablanca, Rabat et Benslimane. Ils passent ainsi entre 2 et 3 heures par jour dans des transports en commun dont la qualité laisse à désirer. Sur place, les étudiants ne bénéficient ni de restaurant ni de cité universitaire.

La FSTM essaie donc d’améliorer leurs conditions d’accueil au maximum. Un espace de repos pour la pause déjeuner leur a été récemment aménagé. La bibliothèque (qui reste ouverte jusqu’à 20h), les sanitaires et la buvette ont été également rénovées. Dans les classes, tout a été mis en œuvre pour assurer des conditions de travail confortables (sonorisation, éclairage, matériel de projection…). Dans les couloirs, des écrans d’affichage et des panneaux d’indication ont été placés.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc