Competences & rh

Préscolaire: L’ambitieuse vision de la fondation marocaine

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5161 Le 05/12/2017 | Partager
250 classes constituent aujourd’hui son réseau
Avec l’objectif de tripler les capacités d’accueil dans les prochains mois
prescolaire_061.jpg

Les derniers chiffres, pour l’année 2016-2017, établissent 726.917 élèves inscrits dans l’enseignement préscolaire. Une majorité d’entre eux (63%) suivant le préscolaire traditionnel, alors qu’en 2012 ce secteur englobait 80% des inscrits. Avec plus de classes et plus d’enseignants, par rapport à l’année passée, le taux spécifique de scolarisation des élèves âgés de 4 à 5 ans a connu une hausse pour atteindre aujourd’hui 49,5%

De 250 classes aujourd’hui, l’objectif est de rapidement tripler le réseau. Le préscolaire gagne du terrain au Maroc. «La demande est tellement forte dans certaines régions, que nous avons dû partager les enfants en deux groupes, un le matin et un autre l’après-midi, dans une même classe pour en accueillir le plus possible» explique Nisrine Ibn Abdeljalil, directrice des opérations et de la gestion du réseau de la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire (FMPS).

Car on le sait, la mise à niveau de la scolarisation des 2-6 ans conditionne tout le parcours scolaire. Alors depuis l’ouverture des premières écoles en 2009, la FMPS travaille à l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Ce qui passe également par la consolidation du système de supervision au niveau du rural, et par l’attribution de nouvelles missions aux responsables d’écoles dans le but de répondre aux normes d’excellence pédagogique.

Tous les projets sont menés en partenariat, la fondation ayant pour principale charge la gestion des projets. La Fondation Mohammed VI de promotion des oeuvres sociales de l’éducation-formation et le ministère de l’Education nationale étant ses principaux alliés. Mais la porte est également ouverte aux groupes privés (agissant ou non dans le scolaire), aux associations, très actives sur ce créneau, et aux jeunes entrepreneurs, à travers le programme Moukawalati.

Etendre le réseau donc, en particulier dans des régions comme l’Oriental, où le manque de classes pour ces enfants est criant, mais toujours dans cet objectif d’excellence. «Il ne s’agit pas d’ouvrir des garderies» précise la directrice des opérations.

«Nous offrons une pédagogie par le jeu adaptée à cette tranche d’âges, et surtout nous agissons pour que les enfants intègrent que l’école est vitale pour eux» confie Fatiha Ikbal, directrice de la FMPS pour la région Marrakech-Safi. Une préscolarité de qualité étant pour elle une sorte de porte d’entrée vers la réussite professionnelle et personnelle de chacun de ces futurs adultes.

Travailler sur un enseignement de qualité passe forcément par la formation des éducateurs. Que ce soit pour leurs propres enseignants ou pour tout établissement qui en fait la demande, des séances intensives sont proposées. La formation du staff éducatif, qui s’est régionalisée, étant l’un de ses grands chantiers, la fondation en garantit l’égale qualité partout, avec un même profil d’éducateur, condition de réussite sine qua none de ce projet d’envergure nationale.

«Au-delà du bâtiment et de l’équipement, ce sont les ressources humaines qui doivent primer. Si avant, les institutrices n’avaient même par le baccalauréat, il s’agit aujourd’hui de les amener vers une pédagogie de qualité. La seule manière pour que les enfants aiment l’école» développe Ikbal.

La mission est donc proportionnelle à l’ampleur de la tâche. Mettre en place et gérer un nouveau système préscolaire qui répondra aux normes d’excellence pédagogique, accessible à tous les parents sans considération de revenus misant sur la qualité d’accueil, d’encadrement et d’enseignement égale partout où il sera implanté dans le Royaume.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc