Culture

Andalussyat réunit les artistes de la Méditerranée

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5160 Le 04/12/2017 | Partager
14e édition du festival de musique andalouse
Casablanca, Rabat, El Jadida, 3 villes pour une 14e édition
azzedine_kettani_060.jpg

Pour Azzedine Kettani, le répertoire de musique andalouse est non seulement une richesse nationale ou régionale, mais  une valeur universelle exceptionnelle  qui mérite amplement son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (Ph. Fadwa Al Nasser)

Flamenco, Maalouf, Gharnati, Ala… Les musiques andalouses se donnent rendez-vous du 13 au 16 décembre pour la 14e édition du festival Andalussyat, organisée par l’Association des Amateurs de la Musique andalouse du Maroc, qui fête cette année ses 60 ans.

Une occasion de rendre hommage à son fondateur, feu Haj Driss Touimi Benjelloun, et mettre en lumière les réalisations de l’association pour la préservation et la transmission de ce patrimoine, né il y a plus de 8 siècles. Un héritage  que les membres de l’organisation espèrent voir inscrit comme patrimoine mondial de l’Unesco.

«Même si le dépôt de la demande d’inscription relève de la responsabilité du gouvernement, nous sommes tout à fait disposés à collaborer avec le ministère de la Culture, pour la réalisation du dossier technique, car nous sommes convaincu que  ce patrimoine est non seulement une richesse nationale ou régionale, mais  une valeur universelle exceptionnelle  qui mérite amplement son inscription sur la liste du patrimoine mondial», précise le Pr. Azzedine Kettani, le président de l’Association.

En attendant, ce sont plusieurs pays méditerranéens qui participent aux festivités. Des artistes et des intellectuels  espagnols, italiens, tunisiens, algériens animeront aux côtés de leurs confrères nationaux, concerts, récitals, spectacles et autres conférences débats, à Casablanca, Rabat et El Jadida.

C’est le Grupo compagnia de baile flamenco  Duende de Algesiras qui ouvre le bal, mercredi 13 décembre au théâtre  Mohammed V à Rabat, suivi d’une prestation magistrale de l’orchestre feu Mohamed Larbi Temsamani, sous la direction de maître Mohamed Amine El Akrami avec la voix de l’artiste Zainab Afailal.

Pour Casablanca, c’est un grand spectacle de musique andalouse qui est prévu  au Megarama. D’abord avec l’Ensemble de l’association culturelle Nassim El Andalous d’Oran, ensuite  avec l’ensemble et la chorale de Dar Al Ala et la participation du grand ténor Haj Mohamed Bajeddoub, Abderrahim Souiri et Fatim Zahra Qortobi, suivi de l’ensemble Nassim El Andalous d’Oujda, cette-fois ci, et de la chorale Azhar al Andalous.

Toujours à Casablanca, le vendredi 15 décembre, ce sont les Tunisiens de l’Ensemble Maalouf Ennoua de Kairouan qui précéderont le spectacle inédit qui réunira une pléiade d’artistes du Maroc et d’autres pays du pourtour méditerranéen. Une création qui met en scène l’itinéraire artistique et spirituel du grand soufi andalou Abou Hassan Al Shushturi. A El Jadida, c’est la ville de Fès qui sera à l’honneur avec l’orchestre du conservatoire de musique andalouse de la ville  sous la direction de Driss Berrada et la participation des artistes Adil Hajji et Abdellah El Makhtoubi.

La chanteuse Nabila Maan, avec son très audacieux album «Dalal Al Andalous», où l’artiste fusionne le répertoire andalou avec des sonorités jazz, donnera un concert à l’espace Mazagan El Jadida.  Et c’est avec un grand classique que clôturera le festival, avec l’Orchestre de feu Haj Abdelkrim Raïs sous la direction de Mohammed Briouel.

Des conférences ponctueront le festival, ainsi qu’un hommage qui sera rendu à Driss Dahak, l’ancien Secrétaire général du gouvernement.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc