Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5154 Le 23/11/2017 | Partager

Bousculade à Essaouira: Un bilan bien trop lourd

bousculade_essaouira_054.jpg

Plus de 15 morts pour avoir voulu récupérer de quoi se nourrir! Une situation aberrante qui a suscité l’indignation de bon nombre de nos lecteurs. Explications. (cf. notre édition du 19/11/2017)

■ Une idée mauvaise dès le départ
La gestion de l’opération n’est pas le véritable problème. En fait, l’aide alimentaire n’est pas une solution en soi! Il vaut mieux s’en tenir au proverbe «Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson»
Maria

■ Crime contre l’humanité
Laisser des citoyens dans le besoin alimentaire en 2017 et les rassembler comme des moutons pour leur «jeter» de la nourriture est tout bonnement digne d’un crime contre l’humanité!
Citoyen

■ Comme d’habitude
Que dire de cette affaire scandaleuse? Misère, manque de civisme, absence des pouvoirs publics… Nous commençons à avoir l’habitude de ce genre de problèmes! Citons également le cas des familles en deuil dans le domaine de la pêche, des orphelins ou encore des tribunaux donnant la priorité aux problèmes touchant les familles aisées. La situation est réellement dramatique…
Aziz

■ Retour à l’âge de pierre!
Sommes-nous au 3ème millénaire ou encore à l’âge de pierre? Comment des êtres  humains peuvent en effet être tués dans une bousculade suite à une distribution de produits alimentaires?  Ceux qui ont organisé cette distribution sont coupables et doivent être poursuivis! C’est tout simplement scandaleux…
BS

                                                                      

Cafés: A quoi sert la nouvelle taxe?

cafes-terrasse-054.gif

 A Fès, les propriétaires de café devront désormais payer une nouvelle taxe émise entre autres par le ministère de la Communication. Celle-ci impose notamment l’usage de la musique sonore et la diffusion de film. Une première! Explications. (cf. notre édition du 15/11/2017)

■ Où sont les pénalités d’occupation des espaces publics?
Je demeure perplexe quant à l’utilité de cette nouvelle taxe. Je m’attendais en effet plutôt à l’application de pénalités concernant l’occupation par bon nombre de cafés des lieux publics. Une situation qui entrave la libre circulation des piétons!
Malki

■ Une utilité plus que discutable!
A quoi pourrait bien servir cette nouvelle taxe sinon à remplir les caisses de la commune de Fès ? L’on retrouve d’ailleurs exactement la même dans certains pays européens au niveau de cafés, de magasins ou encore de locaux à usage festif. Elle est notamment prélevée par la SABAM,  un organisme chargé de la redistribuer aux artistes sous la forme de droits d’auteur.
Hassan

                                                                      

Toilettes publiques: Vite ça presse!

toilettes-publiques-054.gif

Les villes marocaines manquent sévèrement de toilettes publiques et leurs conditions d’hygiène sont plus que déplorables. Ce triste constat de l’association Environmental Women (EWA), qui compte lancer une campagne de sensibilisation très bientôt dans ce sens, a fait réagir bon nombre de nos lecteurs pour lesquels l’hygiène constitue l’un des piliers de base de toute société civilisée. (cf. notre édition du 15/11/2017)

■ Le dernier souci de nos élus
Nous voulons 20 millions de touristes et nos principales villes ne sont même pas équipées de toilettes ! Il suffit de se rendre à Marrakech, à Tanger ou encore à Agadir pour constater que nos touristes ne savent plus quoi faire lorsqu’ils sont pris par une envie pressante en pleine rue… Ce sujet pourtant capital représente le dernier souci de nos élus et de nos maires. C’est dommage pour l’image de notre pays!
MMR
■ Les touristes premiers servis
Une idée répandue chez nous consiste à penser que les toilettes publiques ne doivent être propres que pour les touristes. C’est tout à fait lamentable! Qu’en est-il des Marocains? Doivent-ils faire leurs besoins dans la rue ou sur les plantes?!
Nos concitoyens ont eux aussi le droit d’avoir à leur portée des toilettes dignes de ce nom! A mon sens, seules des entreprises privées peuvent se charger de cette tâche essentielle et il faut grandement les encourager. A méditer!
Sam

■ Sanctionner par la loi
Pour résoudre le problème urgent du manque de toilettes dans nos espaces publics, il faudrait rapidement voter une ou plusieurs lois à ce sujet. Objectif: contraindre chaque institution et chaque école à se doter de toilettes aux normes internationales. Il n’est en effet pas concevable que nos touristes se rendent dans des cafés ou d’autres locaux touristiques pour faire leur besoins… C’est honteux! Il en est d’ailleurs de même  pour nos écoliers. Bon nombre de nos bambins ne souhaitent pas s’y rendre à cause de leurs toilettes sales et jamais entretenues.
Haddou B.A

                                                                      

Cruelle Kafala!

kafala-enfance-enfants-de-la-rue-054.gif

Des enfants lâchement abandonnés par leurs parents adoptifs…Le phénomène devient récurrent et la justice est obligée de récupérer les enfants pour les remettre aux services sociaux. Un  drame pour ces petits… Une pratique qui a fait réagir bon nombre de nos lecteurs, choqués par autant de cruauté. (cf. notre édition du 21/11/2017)

■ La loi doit être plus stricte
Si c'était leur fils biologique, est-ce qu'ils auraient pensé à l’abandonner? Nos enfants sont parfois malades, parfois turbulents… Pourtant, malgré cela, l’on ne pense jamais à les laisser tomber! La loi doit être autrement plus stricte à ce sujet. Les parents adoptifs doivent supporter et prendre entièrement en charge leur enfant au moins jusqu'à sa majorité.
O.E.
■ Un comportement inadmissible!
C'est tout bonnement honteux! Comment peut-on aimer un enfant et l'abandonner par la suite dès qu'un problème surgit? Ces «faux parents» devraient être gravement punis! J’ai moi-même adopté un enfant et je ne fais aucune différence entre lui et ma fille «biologique». Ce petit est le plus beau cadeau de ma vie. Je remercie d’ailleurs toutes ces femmes qui évitent d’avorter et donnent l’occasion à leurs enfants de connaître la vie.
Laurence

Chers amis d’Eco-Médias

 

UN grand merci à chaque membre de l’équipe Eco-Médias pour avoir porté très haut la voix des enfants du Maroc à l’occasion de la Journée mondiale de l’Enfance (initiée par l’UNICEF). L’action menée avec vous est exemplaire.
Votre éditorial a eu un effet fort et le contenu du dossier central a mis en évidence plusieurs défis. La cartographie réalisée par M. Aziz Ouahid a donné de la vie à des statistiques austères.
Les ondes d’Atlantic ont été encore plus joyeuses ce jour-là en donnant l’opportunité à des enfants vulnérables de s’exprimer à la radio.
Merci pour les insertions publicitaires, sur Assabah et L’Economiste, pour faire entendre l’appel de l’UNICEF. Merci à M.Youssef Triki (Directeur de la communication du groupe) pour sa coordination. Merci à chaque membre de l’équipe. Un beau travail collectif dont je suis personnellement fier. J’ai regardé la vidéo des «Petits prennent les commandes». J’ai envié mes collègues sur place et j’aurais aimé être avec vous pour partager aussi ce moment.
Merci à toute l’équipe d’avoir invité  les enfants dans les rédactions. j’ai vu de la joie sur chaque visage et un petit enfant qui se dessine avec le sourire de chaque collègue et ami.
Cette opération menée avec Eco-Médias sera documentée et partagée au niveau international comme exemple d’engagement des Médias pour la promotion des droits de l’enfant.

Aniss Maghri
(Communication specialist)
UNICEF - Rabat

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc