International

Le bitcoin pourrait être dans une bulle financière

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5150 Le 17/11/2017 | Partager
La crypto-monnaie vaut 7.457 dollars, en hausse de plus de 600%
«Une innovation de la même ampleur qu’Internet ou l’agriculture»
Aucun consensus sur l’existence d’une bulle
biticoin_050.jpg

Un bitcoin vaut actuellement 7.457 dollars. Son cours a progressé de plus de 600% rien que cette année ce qui inquiète un grand nombre d’acteurs du marché, dont le directeur d’investissement de la Japan Post Bank, Katsunori Sago. Interviewé hier par «Reuters» (1), Sago pense que le bitcoin est dans une bulle financière et que sa valeur réelle ne dépasserait pas 100 dollars.

Il a gagné 648% depuis le premier janvier, 921% en un an et 65.606% en cinq ans. C’est cependant une monnaie très volatile. Son plus haut est au nivau de 7.466,57 dollars et son plus bas est à 5.850. Les extrêmes sont 7.590 dollars et 0,562 dollars. Le bitcoin est ainsi volatile car son volume est très faible par rapport aux monnaies ordinaires. La crypto-monnaie est cotée sur plusieurs marchés de par le monde: itbit (USA), AnyCoin Direct (Europe)…

D’autres analyses, comme celle de John McAfee, programmeur et fondateur de McAfee, trouvent absurde l’idée de bulle. Selon l’ingénieur, la technologie de la blockchain (ou chaîne de blocs) est une innovation majeure au même titre que l’Internet ou l’agriculture. Elle permet d’avoir une base de données partagée et modifiable par plusieurs ordinateurs. Prenons l’exemple de Google Docs.

Deux personnes peuvent avoir accès au même document et le modifier en même temps, ce qui n’était pas possible avant l’invention. La blockchain est la même chose, sauf que les données sont consultables et modifiables par des millions de machines. Personne ne peut contrôler ou manipuler comme il l’entend les données d’une blockchain.

Elle implique un nouveau paradigme économique et social dont l’impact va rivaliser avec, sinon excéder, celui de l’agriculture sur la société humaine. «Nous assistons seulement à la dévaluation de la monnaie conventionnelle dont la valeur va finir par atteindre zéro à terme», analyse McAfee.

Appliquée au domaine de la finance, la blockchain a pris la forme du bitcoin. Une monnaie dont la création ne se base pas sur la confiance, mais sur la preuve mathématique. Une monnaie qui n’est contrôlée par aucune banque centrale et n’est régulée par aucun gouvernement. Les transactions en crypto-monnaie se passent de la tierce partie qu’est la banque. Cette intermédiation entre l’offreur et le demandeur de monnaie se base sur la confiance: si je veux retirer mon argent, je le trouverais certainement à la banque. Les bitcoins sont créés par le «minage». Le protocole bitcoin rassemble toutes les opérations sur une période dans une liste appelée block.

Ce dernier s’enregistre dans une longue liste de blocks, appelée chaine de blocs ou encore «blockchain». Cette liste contient absolument toutes les transactions qui se sont passées sur le réseau depuis la première. Comment savoir que la blockchain reste intacte et que personne ne joue avec? C’est là qu’interviennent les «mineurs» qui utilisent une formule mathématique pour transformer le block en une séquence aléatoire nommée hash, qui se situe à la fin d’un block comme un cachet digital. Si vous changez un seul caractère dans un block de bitcoin, le hash change complètement.

Cela confirme que le bloc est légitime, car si une personne le manipule, tout le monde va le savoir. Chaque fois qu’un mineur crée un hash, il reçoit 25 bitcoins. C’est ce qui pousse les mineurs à miner et à créer par ce biais plus de bitcoins. Il reste que produire un hash est très facile avec un ordinateur. Le protocole bitcoin introduit donc la «preuve de travail» pour résoudre le problème: Un hash doit ressembler à une forme donnée, ce qui rend la tâche beaucoup plus difficile.

La probabilité qu’un seul individu puisse «hasher» un block est similaire à celle d’un joueur de loterie. Le minage de bitcoin est aussi extrêmement coûteux, selon McAfee, chaque block miné coûte 1.000 dollars, alors qu’un dollar créé ne coûte rien. «Elle est où la fraude alors?», se demande-t-il.

L’inventeur anonyme

Satoshi Nakamoto est l’inventeur du protocole bitcoin, publié dans un papier via la «Cryptography mailing list» en novembre 2008. Il a ensuite publié la première version du logiciel bitcoin en 2009.  Il a participé au projet jusqu’à disparaître de la communauté vers la fin de 2010. Nakamoto travaillait avec le team de l’open-source, mais n’a jamais révélé sa vraie identité. La dernière fois qu’on a entendu parler de lui était en 2011, où il a déclaré être «passé à autre chose».

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc