Régions

Fès se positionne sur l’économie du savoir

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5149 Le 16/11/2017 | Partager
L’offshoring en passe de détrôner l’industrie en termes d’emplois
La 2e tranche de Fès Shore lancée incessamment
fes_shore_049.jpg

Le parc Fès Shore a pour ambition de développer un espace intégré dédié aux activités de services informatiques, de traitement de données et de processus métiers. Cette plateforme entend également stimuler la création d’emplois dans la région (Ph. YSA)

Les nouvelles technologies et la délocalisation des services offrent à Fès de réelles possibilités de diversification et en font un hub ideal pour l’offshoring. En témoignent les 30 centres d’appel qui s’y sont installés durant les dix dernières années et qui emploient quelque 5.000 personnes. A lui seul, le parc Fès Shore a créé plus de la moitié de ce chiffre. «Nous avons créé plus d’emplois en 5 ans que l’industrie en 20 ans», justifie un responsable du parc.

Et d’ajouter que «la construction de la 2e tranche de Fès Shore est prévue incessamment. Elle sera officiellement annoncée après la tenue du CA».  A ce titre, les dirigeants de la ville sont confiants. Pour eux, «Fès doit miser sur les secteurs innovants, générateurs de valeur ajoutée et notamment les TIC». En effet, cette spécialisation devrait être basée sur les compétences distinctives de la région.

Une région forte de la présence de cinq universités (180 filières), 123 centres de recherches et laboratoires, 101 unités de formation et un institut national de plantes médicinales et aromatiques, encourage les investisseurs. Vincent Couchard, directeur du site du Groupe Acticall-Sitel de Fès, en est fier. Acticall-Sitel Group, en tant que groupe de services intégrés en relation clients à distance, a ouvert, en mars 2015, un nouveau centre de relation clients à Fès Shore.

D’une superficie de 4.081 m2, le plateau d’Acticall emploie aujourd’hui quelque 677 jeunes et vise 800 en 2018. «Nos managers sont issus de la promotion interne avec un plan de formation et un accompagnement», indique Couchard. Et de poursuivre: «Forts des bons résultats sur notre premier site de Fès et du respect de notre plan de marche, nous comptons ouvrir un second site à Fès à l’horizon 2019 afin de répondre au mieux aux besoins de nos clients».

Même son de cloche auprès de Mohsine Touali, directeur du site CGI: «La ville de Fès a été logiquement choisie pour son bassin d’emploi dynamique avec un vivier de talents du numérique très riche, grâce notamment à l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès (UEMF). De plus, nous avons un partenariat avec l’université de Fès et l’école INSA Toulouse établie à Fès».

A noter que CGI est une entreprise canadienne fondée en 1976. Elle est aujourd’hui la cinquième plus importante entreprise indépendante de services en technologie de l’information et en gestion des processus d’affaires au monde et compte 70.000 professionnels répartis dans 40 pays. Ouvert en décembre 2016, le site CGI Fès Shore compte 70 professionnels.

«Nous espérons pouvoir nous appuyer sur 250 personnes d’ici 2019. Nous sommes très fiers de nous inscrire dans la dynamique économique de Fès en tant que première ESN (Entreprise de services du numérique) majeure à y accueillir de nouveaux talents», estime Touali.

Pour sa part, Amine Zarouk, directeur de la filiale d’Alten Maroc, «le choix de Fès était une décision mûrement réfléchie pour plusieurs raisons: un bassin RH abondant et de qualité, un niveau de vie relativement bas par rapport à une métropole comme Casablanca et un turnover moins important que la moyenne du secteur».

Par ailleurs, le parc Fès Shore a offert à l’entreprise leader européenne de l’ingénierie et du conseil en technologie un cadre de travail agréable et surtout indispensable pour son développement. «L’infrastructure du parc Fès Shore permet de répondre en grande partie aux cahiers des charges de nos clients les plus exigeants. Pour information, notre site de Fès est certifié ISO27001 et CMMI niveau 3», souligne Zarouk.

Aujourd’hui, après 3 ans d’installation, l’entreprise qu’il dirige compte un effectif de 250 collaborateurs. «Fès a pour vocation de servir l’ensemble de la clientèle européenne sur les activités software. Pour cela, nous devons atteindre une taille critique de 500 collaborateurs à l’horizon 2020 et 1.000 à terme. Je pense que le fait d’être installés au parc Fès Shore nous donne un important avantage en termes de réactivité favorisant une extension rapide», conclut le directeur d’Alten Maroc.

Une prime à l’emploi

Les entreprises installées à Fès Shore bénéficient d’une contribution de l’Etat à concurrence de leur CA réalisé à l’export. Ceci, de sorte à ce que la charge de l’impôt sur le revenu soit plafonné à 10% du montant des revenus bruts imposables par individu, outre une prime à l’emploi. Celle-ci est accordée par les Conseils régional et communal, et MedZ. Selon une convention liant les trois partenaires, l’objectif est d’encourager la création d’emplois dans la zone de Fès Shore. La Région Fès-Meknès et la Commune de Fès s’engagent à accorder une aide financière de 6.000 DH pour chaque emploi créé dans le secteur. Le montant total de la subvention allouée est de 12 millions de DH. De son côté, la filiale de la CDG, MedZ, s’engage à ouvrir un compte spécial à la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), afin de verser la subvention à toute entreprise bénéficiaire, à signer un accord spécial avec les entreprises désireuses de bénéficier de la subvention et à prendre toute mesure en liaison avec cet accord, à la demande de la Région ou de la Commune.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc