Economie

Maroc-France: Les dossiers prioritaires

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5149 Le 16/11/2017 | Partager
Jeunesse, innovation, migration…
Le co-développement en Afrique au centre de la 13e rencontre de haut niveau
Les opérateurs économiques veulent «bâtir des ponts pour la croissance et l’emploi»
edouard-philipe-maroc-france-049.gif

Le Premier ministre français, Edouard Philippe, devait rencontrer, hier dans la soirée, Saâdeddine El Othmani. Des rencontres bilatérales entre les membres des deux gouvernements étaient également au programme. L’idée est de préparer le terrain avant la séance plénière de la 13e rencontre de haut niveau entre les deux pays (Ph. AFP)

Pour son 2e déplacement hors Europe, Edouard Philippe, Premier ministre français, était attendu hier à Rabat. Sa délégation comprend 10 ministres et plusieurs opérateurs économiques. L’enjeu est de taille, vu les opportunités qui s’offrent en matière de partenariat bilatéral, mais aussi en termes de projets communs en Afrique. Au moment où nous mettions sous presse, Edouard Philippe devait retrouver Saâdeddine El Othmani.

Des réunions bilatérales entre les ministres des deux pays étaient également prévues dans la soirée. Aujourd’hui, deux grands événements sont au programme. D’abord, la 13e rencontre de haut niveau qui sera présidée par les deux chefs de gouvernement. Cette rencontre «s’articulera autour de 5 axes stratégiques,  définis d’un commun accord», est-il indiqué. Il s’agit de la jeunesse, de l’innovation, de l’Afrique, de la mobilité et migration, de la coopération décentralisée et régionalisation.

Autant de thèmes d’actualité sur les deux rives de la Méditerranée. Une série d’accords seront signés à l’issue de cette rencontre. Parallèlement, la CGEM et le patronat français (MEDEF) réuniront les opérateurs des deux pays dans le cadre du Forum économique Maroc-France, prévu également aujourd’hui à Skhirate. Ce forum connaîtra la participation de plus de 150 entreprises marocaines et tricolores.

Le thème choisi pour cette rencontre est «Bâtir des ponts pour la croissance et l’emploi». Les ateliers, prévus lors de cette journée, s’articuleront autour de sujets comme le co-développement en Afrique, l’urbanisation et le développement durable, la révolution digitale… Ces rencontres seront l’occasion de relancer le Club des chefs d’entreprises Maroc-France, dont les deux présidents, Mohamed Kettani et Marie-Ange Debon, animeront l’atelier sur le co-développement en Afrique.

Cela permettra également de faire le point sur les performances du partenariat maroco-français durant les dernières années et «identifier de nouveaux domaines d’opportunités et explorer les pistes d’un développement partagé en Afrique», fait-on savoir.

Au-delà des questions économiques, cette 13e rencontre de haut niveau sera aussi l’occasion de se pencher sur d’autres dossiers prioritaires. En tête, la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. La coopération entre les deux pays a été décisive pour éviter plusieurs attentats.

Aujourd’hui, l’idée est d’ancrer la lutte antiterroriste dans le terrain des valeurs, en misant sur la déconstruction du discours radical. Une expérience lancée par le Maroc, pouvant être dupliquée en France. Paris avait déjà sollicité l’appui marocain dans le domaine de la formation des imams, dont le rôle est décisif dans le combat contre l’obscurantisme.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc