Société

Hadaf: 20 ans de lutte et des lueurs d’espoir

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5144 Le 09/11/2017 | Partager
L’association soutient les jeunes en situation de handicap mental
Insertion par la formation professionnelle
Accompagnement des parents
hadaf_1_044.jpg

L’exposition, organisée à l’occasion du 20e anniversaire de l’association, retrace l’histoire de l’institution, à travers un regard tendre et poétique envers les bénéficiaires. Aujourd’hui, ils sont quelque 80 jeunes femmes et jeunes hommes en situation de handicap mental, moyen à léger, à apprendre la cuisine, la couture, le jardinage… (Ph. Zahra Sebti)

C’est l’histoire de toute une vie… de plusieurs vies… que raconte l’exposition photographique organisée à l’occasion des 20 ans de l’association Hadaf.  Celles de plusieurs dizaines de jeunes adultes en situation de handicap mental, qui ont pu évoluer, sortir de leur isolement, sociabiliser, apprendre un métier et surtout l’exercer avec passion.

L’histoire de l’association est intimement liée au parcours de ces jeunes, au fil de ces 20 années, et raconte comment Hadaf, une association née d’une ambition familiale et amicale, à l’initiative de familles qui étaient conscientes que tout l’avenir de leurs enfants était à construire par une inclusion sociale et professionnelle, a su avoir la capacité de durer, mais surtout de surmonter les épreuves du temps.

Chacune des photos exposées met en lumière le vécu des jeunes apprentis au sein de leur lieu de vie et immortalise un moment, un événement ou juste un sourire sur le visage d’un jeune en situation de handicap mental, qui en dit long. Le visiteur peut également parcourir, d’un coup d’œil, toutes les réalisations faites au long de ces années par l’association, créée en 1997, face à l’absence de structures de prise en charge pour les adolescents et jeunes adultes en situation de handicap mental.

Une année plus tard, un espace d’accueil, d’écoute pour les parents, était mis en place, ainsi qu’un premier centre de formation, installé dans un petit local, loué pour l’occasion.  En 2005, est inauguré l’actuel centre d’insertion socio-professionnelle Hadaf, dont la pose de la première pierre a été effectuée par feu la Princesse Lalla Amina, alors présidente d’honneur de l’association.

L’établissement a été accrédité Etablissement de Protection Sociale depuis le 22 février 2010  et comprend des ateliers de formation, d’apprentissage et de soutien, un restaurant, un foyer, un jardin, une bibliothèque... Depuis, quelque 80 jeunes femmes et jeunes hommes en situation de handicap mental, moyen à léger, assistés par l’association, apprennent la cuisine, la couture, le jardinage, la menuiserie, et bien d’autres métiers.

Ils réalisent, entre autres, des colliers, du linge de maison, des compositions florales, des cartes postales et des plateaux en bois, tous dignes du travail des plus sérieux artisans.  Ils sont âgés de 17 ans et plus, avec ou sans formation antérieure, 70% sont issus de familles en situation de précarité. A travers l’apprentissage d’un métier, les jeunes donnent du sens à leur vie: autonomie, ouverture aux autres, amitiés et amours, joies et conflits, célébrations, et surtout des perspectives d’avenir.

hadaf_2_044.jpg

Amina Msefer, la présidente de Hadaf, jette un regard chargé d’émotion sur la série photographique réalisée en partie par l’artiste Zahra Sebti. «Nous avions commencé tout petit, nous avons vu passer beaucoup de jeunes… certains, des adultes aujourd’hui, sont encore parmi nous, d’autres sont partis…, mais le plus touchant c’est de voir comment ils ont évolué», commente-t-elle.

Pour la présidente, le défi d’aujourd’hui c’est de réussir à changer le regard que porte la société sur les personnes en situation de handicap mental ou physique. «Au meilleur des cas, ces jeunes récoltent un regard de pitié, or il n’y a pas de pitié à avoir, ce sont des personnes qui ne sont ni pauvres mentalement ni malheureuses… Elles sont différentes, c’est tout. Nous ne sommes pas tous fait d’un même moule, et il faut aujourd’hui parler de différence et de diversité humaine», précise la présidente, qui milite pour une meilleure inclusion de ces personnes à l’école et dans le monde du travail.

«Quand vous mettez un enfant en situation de handicap dans une école ou un adulte, dans la même situation, dans une entreprise, c’est une véritable leçon de vie que vous offrez aux autres. Nous avons énormément de choses à apprendre de ces personnes», conclut-elle.

Outre le travail direct auprès des personnes concernées et une série d’activités sociales impliquant notamment les familles, Hadaf mène des actions continues de sensibilisation, de communication et d’information pour un changement de regard des décideurs, des employeurs, des familles et de la société en général, sur les capacités de ces jeunes au travail.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc