Competences & rh

Etendre le préscolaire dans les campagnes L’expérience d’Al Haouz

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5142 Le 07/11/2017 | Partager
39,4% de fréquentation dans le monde rural
Très peu d’offres pour les enfants de 4-5 ans

Les unités de préscolaire brillent par leur absence dans les campagnes marocaines. Elles sont pourtant essentielles au développement, à l’épanouissement et à la motivation de l’enfant. Ce créneau, le CDRT (Centre de Développement de la Région Tensift) l’a investi aux côtés de ses partenaires.

Dans le village Mriwat, commune de Larbaa Tighdouine, une opération pilote, menée ces dernières années, vient d’aboutir. Une unité de préscolaire particulièrement bien équipée vient d’ouvrir ses portes pour les tout jeunes enfants des habitants. L’objectif est de pallier une offre encore trop limitée au Maroc et inégalement répartie en quantité et en qualité. En effet, 60% est le taux moyen de préscolaire sur le territoire, qui chute à 39,4% quand il s’agit du monde rural.

Autre disparité, cet accès à l’école pour les 4-5 ans touche 45% des garçons contre 25% des filles. Alors, comme le souligne le coordinateur du projet, Abdelkader Mokhlisse, «l’urgence est que les élus prennent conscience de la gravité de la situation et qu’ils contribuent à résoudre ces problèmes, surtout à l’heure où se mettent en place la décentralisation et la régionalisation avancée». Mais on ne parle pas ici de crèche ou de garderie.

Il s’agit plutôt d’un préscolaire qui repose sur le développement des compétences linguistiques des enfants avec des activités centrées sur leur développement psychomoteur et artistique. L’idée de départ, en mars 2014, était de construire un centre multifonctionnel (alphabétisation, artisanat, réunions,...).

Le chantier international a réuni différents partenaires comme l’association Assafou et Childreach, pour le montage et la gestion du projet, la levée des fonds, la formation de l’éducatrice, pour qui il reste à trouver les ressources pour son indemnisation. Une fois le bâtiment construit et sécurisé, le CDRT a reçu, de la part de la Fondation Illis Monaco, tout le nécessaire en équipements, mobiliers, en livres, jeux et jouets. 

Aujourd’hui, trois autres villages ont été identifiés pour y ouvrir ce même type d’unité, à Tizguine (Amezmiz), Ait Bouali (Tidili) et à S’hib (Tamesloht). Leurs points communs et potentialités étant la présence d’une association locale active et d’un bâtiment existant.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc