International

Purge en Arabie Saoudite: Mohammed Ben Salmane tente d’asseoir son pouvoir

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5142 Le 07/11/2017 | Partager
Il est déterminé à verrouiller les rouages du pouvoir avant son accession
Une dizaine de Princes, de Ministres et d’hommes d’affaires ont été limogés
Le Prince Al-Walid ben Talal parmi les interpellés
arabie_saoudire_mbs_042.jpg

Le séisme politique qu’a connu l’Arabie Saoudite, samedi dernier, suite à la purge d’une dizaine de Princes, Ministres et hommes d’affaires est sans précédent. La vaste opération anticorruption, orchestrée par le Prince héritier Mohammed Ben Salmane, a été qualifiée de «décisive» par les autorités saoudiennes. Elles ont promis la sévérité dans l'enquête contre les personnalités arrêtées et accusées de corruption. Cette affaire a été  suivie par le limogeage des chefs de la sécurité dans le pays.

Ces arrestations et purges, qui ont prit de court le Royaume wahhabite, sont intervenues quelques heures après la création, par décret royal, d'une Commission anticorruption dirigée par le Prince héritier Mohammed ben Salmane. Ce dernier continue de renforcer son emprise sur le pouvoir en bousculant un vieux système de gouvernance consensuelle au sommet du Royaume avant son éventuelle accession au trône.

Parmi les personnalités visées par cette purge, figure le Prince Al-Walid ben Talal, petit-fils de deux figures historiques du monde arabe: le Roi Abdelaziz al-Saoud, fondateur de l'Arabie Saoudite, et Riad al-Solh, premier Chef de Gouvernement de l'histoire du Liban.

La fortune du Prince est classée parmi les plus grandes du monde, et est estimée à 18,7 milliards de dollars par le magazine Forbes. Cet homme d'affaires détient 95% de la Kingdom Holding Company, une société internationale d'investissement qui possède, notamment, l'hôtel de luxe George V à Paris et a des participations dans des sociétés comme Twitter ou 21st Century Fox.

D’autres membres de la famille royale sont aussi concernés. Le Prince Metab ben Abdallah, fils du défunt Roi Abdallah, a été limogé du poste de chef de la puissante Garde nationale saoudienne. Il avait été un temps considéré comme prétendant au trône. Le beau-frère du défunt Roi Fahd, Walid ben Ibrahim al-Ibrahim, propriétaire du Middle East Broadcasting Company (MBC), l'un des réseaux satellites les plus influents dans le monde arabe, a été arrêté. Le Prince Turki ben Abdallah, fils du défunt Roi Abdallah et ancien gouverneur de la province de Ryad, fait partie également des personnalités arrêtées.

L'annonce de l'arrestation du Prince Al-Walid ben Talal a fortement impacté le marché financier. Le cours des actions de Kingdom Holding Company s’est écroulé  de 9,9% à l'ouverture de la séance du dimanche, de la Bourse de Ryad, avant de terminer la séance sur une chute de 7,6%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc