Economie

L’emploi se porte bien, pas le chômage

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5142 Le 07/11/2017 | Partager
89.000 nouveaux postes créés au troisième trimestre
Mais le taux de chômage augmente de 0,2 point à 10,6%
1,23 million de personnes cherchent toujours du travail
elmploi_042.jpg

L’économie a créé 89.000 postes d’emploi au 3e trimestre. Le volume d’emploi est passé à 10,3 millions. En revanche, le taux d’emploi a reculé de 0,3 point

Le contenu en emploi de la croissance reste faible. A peine 89.000 postes ont été créés au  3e trimestre de 2017 alors même qu'un rebond de la croissance est prévu: 3,8%, selon le Haut commissariat au Plan contre 1,3% à la même période l'année dernière. Pas de quoi infléchir la courbe du chômage, lequel est à 10,6% au niveau national contre 10,4% l'année dernière.

Le vrai baromètre est la situation dans le milieu urbain où le taux du chômage est passé à 14,9% contre 14,5% en 2016. En revanche, il est resté stable dans le milieu rural: 4,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi  s’est accru de 42.000 personnes dont 90% concentrées dans les villes. Au total, 1,23 million de personnes sont à la recherche d'un travail. 

Les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (29,3%), les diplômés (18,2%) et les femmes (15,1%). Dans les villes en particulier, le chômage de ces catégories atteint des niveaux importants:  une femme sur quatre femmes, plus de 4 jeunes sur 10 dans la tranche 15-24 ans, et un diplômé sur cinq. Cela s'explique aussi bien par une offre de compétence de mauvaise qualité que par le  déficit de demande exprimée par les entreprises. Le tissu productif connaît une transformation structurelle lente qui ne permet pas d’accompagner la croissance des flux de diplômés.

Une stratégie pour l'emploi est validée par le Gouvernement et certains mécanismes seront améliorés en vue de relancer l'emploi.  Le programme Tahfiz, en particulier, devrait être revu. Trois mesures sont proposées dans le projet de loi de Finances. D’abord, l’entreprise pourra bénéficier des avantages prévus en termes d’exonération de l’IR si le recrutement s’effectue dans un délai de 2 ans à compter de la date du début de son exploitation et non de sa création. Ensuite, cette exonération bénéficierait à 10 salariés contre 5 actuellement. Enfin, le délai d’application de ce dispositif devrait être élargi aux entreprises créées du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2022.

Le troisième trimestre s'est également caractérisé par la baisse du taux d'emploi, indicateur qui exprime la capacité des structures productives à mobiliser les ressources en main-d'œuvre, de 0,3 point, à 40,7%. Ce qui veut dire que moins de la moitié de la population contribue à la création de richesse.

L'autre phénomène préoccupant est la baisse continue du taux d'activité: 45,5% au troisième trimestre contre 45,8% l'année dernière. Les sans-diplômes et les personnes âgées de plus de 24 ans sont découragées et ne se présentent plus sur le marché du travail. Ils ont cessé de rechercher un emploi estimant que leur chance d’y parvenir devenait de plus en plus faible.

Le taux d'activité des femmes s'est stabilisé à 21,3% tout en restant faible puisqu'à peine une femme sur quatre en âge de travailler participe au marché de l'emploi. Le Maroc figure d'ailleurs parmi les 20% des pays où la participation des femmes à la vie active est la plus faible dans le monde!

Autre catégorie identifiée, celle des personnes en situation de sous-emploi, qui  occupent  un poste pour lequel elles sont notamment  surqualifiées: plus d'un million de personnes sont dans cette situation. Le taux de sous-emploi est à 11,2% parmi les hommes et à 5,4% parmi les femmes.

Quels sont les secteurs qui créent de l'emploi

Dans l’agriculture, forêt et pêche, le volume de l'emploi a augmenté de 1,3%: 47.000 nouveaux postes au niveau national  dont 40.000 dans le rural. Cette hausse intervient après les pertes de 75.000 postes en 2014, 27.000 en 2015 et 66.000 en 2016.
Dans les services, principal pourvoyeur d’emploi au cours des dix dernières années (100.000 postes durant les années 2007-2012 et 50.000 durant les années 2013-2015),  20.000 postes ont été créés au troisième trimestre contre une perte de 15.000 l'année dernière. L’industrie y compris l’artisanat  marqué par une perte de 44.000 postes l'année dernière a enregistré une hausse de 1,2% du volume d’emploi sous l'effet d'une création de 15.000 postes  (10.000 en milieu urbain et 5.000 en milieu rural). Ces nouveaux postes ont été principalement pourvus de la branche des «Industries alimentaires et de boissons».
De son côté, le secteur du BTP a créé 7.000 postes d’emploi au niveau national (4.000 en milieu urbain et 3.000 en milieu rural), améliorant ainsi le volume  d’emploi du secteur de 0,6%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc